Bien-être animal: l’ex-propriétaire du zoo de Saint-Édouard paie 7 000 $ d’amendes

C’était en réponse à un signalement pour maltraitance logé par des visiteurs du Zoo de St-Édouard que les agents de protection animale du Bureau des enquêtes de la SPCA de Montréal se sont mis à investiguer les lieux en 2018.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne C’était en réponse à un signalement pour maltraitance logé par des visiteurs du Zoo de St-Édouard que les agents de protection animale du Bureau des enquêtes de la SPCA de Montréal se sont mis à investiguer les lieux en 2018.

L’ancien propriétaire du Zoo de St-Édouard, Normand Trahan, a reconnu sa culpabilité à des infractions pénales en matière de bien-être animal en payant près de 7000 $ d’amendes.

L’homme de 71 ans ne pourra pas non plus être propriétaire d’animaux pour une durée de 5 ans, à l’exception d’animaux domestiques de compagnie, en vertu d’une ordonnance prononcée mercredi au palais de justice de Trois-Rivières.

Des accusations criminelles avaient aussi été déposées contre Normand Trahan. L’homme qui avait été responsable de ce zoo de la Mauricie pendant environ 30 ans avait été accusé d’avoir causé des souffrances et des blessures à des animaux, dont des oiseaux, et d’avoir omis de leur fournir l’eau, la nourriture et les soins nécessaires. Les gestes reprochés auraient été commis entre mai 2016 et octobre 2018.

Ces accusations portées en vertu du Code criminel ont toutefois été abandonnées par le ministère public dans le cadre du règlement global de ce dossier.

 

C’était en réponse à un signalement pour maltraitance logé par des visiteurs du Zoo de St-Édouard que les agents de protection animale du Bureau des enquêtes de la SPCA de Montréal se sont mis à investiguer les lieux en 2018.

Des zèbres, des singes, des chameaux, des kangourous, des lions, des tigres et des ours avaient été saisis par la suite, en 2019.

 

Mercredi matin, La SPCA s’est déclarée satisfaite du dénouement.

« Les infractions auxquelles M. Trahan a plaidé coupable concernent les conditions dans lesquelles les animaux étaient gardés au Zoo de St-Édouard, notamment en ce qui a trait aux installations, qui étaient inadéquates et insalubres, et à l’absence de soins vétérinaires lorsque les animaux étaient blessés ou malades », a expliqué par communiqué Chantal Cayer, la directrice du Bureau des enquêtes de la SPCA de Montréal.

Plus de 200 animaux saisis ont été placés dans d’autres installations de manière définitive, a précisé la SPCA.

À voir en vidéo