L’Ordre des infirmières fait un premier pas contre le racisme envers les Autochtones

L’Ordre des infirmières établira avec des membres des Premières Nations et des Inuits des activités de formation pour développer des compétences de sécurité culturelle.
Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir L’Ordre des infirmières établira avec des membres des Premières Nations et des Inuits des activités de formation pour développer des compétences de sécurité culturelle.

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) publie un énoncé qui cherche à contrer le racisme systémique dans les soins de santé livrés aux membres des Premières Nations et aux Inuits.

L’énoncé de position a pour but de favoriser une pratique infirmière qui promeut l’humilité, la sécurité culturelle et la promotion des relations partenariales et de confiance. Il propose aussi des pistes d’actions pour contrer le racisme systémique et individuel.

Le président de l’OIIQ, Luc Mathieu, explique que les circonstances tragiques entourant le décès de Joyce Echaquan, survenu à l’hôpital de Joliette il y a un peu plus d’un an, ont sonné le glas d’un racisme insidieux. Il affirme que dorénavant, il faut promouvoir la responsabilité professionnelle d’intervenir chaque fois lorsqu’il y a des attitudes, des gestes, des paroles ou des inactions qui portent atteinte à la dignité de la personne et entravent son droit à recevoir les soins qu’elle mérite.

L’Ordre s’engage à mettre en place un groupe de travail notamment composé d’Autochtones afin d’assurer un suivi des retombées des actions découlant de cet énoncé. Il compte également renforcer la constitution de ses différents comités reflétant la diversité, notamment l’appartenance à une communauté autochtone.

L’Ordre veut aussi demander à son Comité de l’examen professionnel de considérer l’évaluation des connaissances en lien avec la sécurité culturelle dans l’examen professionnel.

De plus, l’OIIQ établira avec des membres des Premières Nations et des Inuits des activités de formation pour développer des compétences de sécurité culturelle.



À voir en vidéo