Les luttes électorales à surveiller à Montréal

La lutte s’annonce serrée dans plusieurs arrondissements de Montréal.
Photo: Denis Tangney Jr Getty images La lutte s’annonce serrée dans plusieurs arrondissements de Montréal.

À la veille du scrutin municipal du 7 novembre, la lutte s’annonce serrée dans plusieurs arrondissements de Montréal, où l’arrivée de nouveaux partis et de candidats controversés, de même que l’émergence d’enjeux clés en habitation et en sécurité publique, rendent l’issue de cette course, qui s’achève, imprévisible. Tour d’horizon.

Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce

Les options ne manquent pas pour les électeurs de l’arrondissement le plus populeux de la métropole, qui compte cette année six candidats à la mairie. Du lot, on compte notamment la mairesse actuelle, Sue Montgomery. L’élue, qui siège comme indépendante depuis son expulsion du parti Projet Montréal en janvier 2020, a fondé sa propre formation, Courage, et fait maintenant campagne pour sa réélection en réclamant notamment la scission en deux de l’arrondissement. Le parti Ensemble Montréal mise pour sa part sur Lionel Perez, qui a occupé le poste de chef du parti à l’hôtel de ville dans les quatre dernières années, pour tenter d’obtenir la mairie de cet arrondissement prisé. La formation de Valérie Plante, Projet Montréal, tentera quant à elle de gagner de nouveau son pari dans ce secteur en optant pour une nouvelle recrue, l’infirmière et gestionnaire Gracia Kasoki Katahwa. Bien malin, donc, qui pourrait prédire l’issue du vote dans cet arrondissement, où cinq postes de conseillers de la Ville sont aussi à combler.

Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension

Des cinq candidats à la mairie de cet arrondissement, trois sont issus de Projet Montréal, qui a perdu plusieurs élus dans les dernières années sur fond de tensions internes. La mairesse, Giuliana Fumagalli, qui a été expulsée du parti de Valérie Plante en 2018 en raison d’allégations de harcèlement, a fondé son parti local, Quartiers Montréal. Projet Montréal mise pour sa part sur Laurence Lavigne Lalonde, qui a été responsable de la transition écologique au cours des quatre dernières années au sein du comité exécutif, pour briguer la mairie de cet arrondissement, où le dossier du manque de logements abordables et salubres, notamment à Parc-Extension, s’est rapidement imposé dans la campagne. Le parti de Denis Coderre mise pour sa part sur le coprésident de la plateforme d’Ensemble Montréal et ancien conseiller de Projet Montréal Guillaume Lavoie pour tenter de conquérir la mairie. La formation souhaite retirer la clôture qui sépare Parc-Extension de la ville de Mont-Royal.

Montréal-Nord

 

Dans ce fief de Denis Coderre, tous les sièges ont été remportés par Ensemble Montréal en 2017. Les dés ne sont toutefois pas joués, puisque Projet Montréal mise le tout pour le tout cette année avec son candidat vedette, Will Prosper, un documentariste et militant antiraciste. La candidature de ce dernier à la mairie de Montréal-Nord a été annoncée dans un contexte d’inquiétudes grandissantes liées à des cas allégués de profilage racial de la part de la police et à la hausse du nombre de fusillades dans la métropole. L’aura de M. Prosper s’est toutefois assombrie en août dernier, quand Le Journal de Montréal a révélé que le candidat aurait consulté un registre de la Gendarmerie royale du Canada sans autorisation alors qu’il y était gendarme, ce qui aurait mené à sa démission en 2003. Ensemble Montréal mise pour sa part de nouveau sur Christine Black. La candidate à la mairie souhaite elle aussi s’attaquer aux problèmes de sécurité publique dans l’arrondissement, où les besoins en matière de transport en commun sont aussi importants.

Verdun

 

La crise du logement et le manque de logements sociaux, notamment dans le quartier de L’Île-des-Sœurs, sont des points décisifs dans cet arrondissement, où la candidate à la mairie pour Projet Montréal, Marie-Andrée Mauger, propose de s’appuyer sur le Règlement pour une métropole mixte pour corriger le tir. Afin de combler le siège laissé vacant par le départ de l’élu indépendant Jean-François Parenteau, le parti Ensemble Montréal mise pour sa part sur le courtier immobilier Antoine Richard. Or, ce dernier a dû dans les dernières semaines prouver sa capacité à défendre les dossiers en habitation , puisqu’il a eu recours à des pratiques interdites en réalisant des « flips » immobiliers très profitables en 2019 et 2020. La femme d’affaires Nadine Gelly, que Denis Coderre souhaite voir devenir la prochaine présidente du comité exécutif, s’oppose dans le district de Champlain–L’Île-des-Sœurs à Véronique Tremblay, une ancienne élue d’Ensemble Montréal qui a fait le saut pour le parti de Valérie Plante cet été.

Mercier–Hochelaga-Maisonneuve

Encore cette année, la lutte s’annonce serrée entre la formation de Valérie Plante et celle de Denis Coderre dans cet arrondissement, où les dossiers chauds ne manquent pas. Du coût des logements à la lutte contre l’itinérance, les défis sont multiples dans cet arrondissement, où plusieurs résidents s’opposent au projet de transbordement de conteneurs de l’entreprise Ray-Mont Logistiques pour des raisons environnementales. Pour tenter de reconquérir la mairie de cet arrondissement, Ensemble Montréal mise sur la conseillère Karine Boivin-Roy, tandis que Pierre Lessard-Blais se présente de nouveau pour le compte de Projet Montréal. Mouvement Montréal compte pour sa part sur l’ancienne porte-parole des Courageuses, Patricia Tulasne, pour tenter de faire une percée à la tête de cet arrondissement.

Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles

La formation de Denis Coderre a remporté son pari dans cet arrondissement à deux reprises, en 2013 et en 2017. L’année suivante, cependant, le départ de l’ancienne mairesse Chantal Rouleau pour devenir ministre au sein du gouvernement de la Coalition avenir Québec a donné l’occasion à la candidate de Projet Montréal, Caroline Bourgeois, de se faire élire à la tête de cet arrondissement au terme d’une lutte serrée avec son adversaire d’Ensemble Montréal d’alors, Manuel Guedes. Une lutte serrée s’annonce donc cette fois encore entre la mairesse et la candidate Lyne Laperrière, d’Ensemble Montréal. En plus des problèmes de sécurité publique dans le secteur, l’avenir de la navette fluviale entre Pointe-aux-Trembles et le Vieux-Port de Montréal et la décontamination des terrains dans l’est de l’île sont du lot des préoccupations des électeurs.

Lachine

 

Dans l’arrondissement de Lachine, l’avenir de la marina — une des plus grandes au Québec — s’est imposé comme l’enjeu électoral qui divise les deux principales formations politiques. Ce port de plaisance est déjà fermé depuis l’an dernier en prévision de sa conversion en un parc riverain d’ici 2025 dans le cadre d’un projet appuyé par la mairesse actuelle, Maja Vodanovic, de Projet Montréal. La candidate d’Ensemble Montréal à la mairie de cet arrondissement, Josée Côté, s’oppose toutefois farouchement à ce projet de 25 millions de dollars, d’autant plus qu’elle est l’ex-présidente de l’Association des plaisanciers du port de plaisance de Lachine. La formation de Denis Coderre propose ainsi un projet « hybride » à cet endroit, qui pourrait accueillir autant des bateaux à moteur que des embarcations non motorisées.

Ville-Marie

 

La course dans Ville-Marie s’annonce particulièrement enlevante cette année, car plusieurs nouvelles recrues pourraient faire leur entrée en politique. Dans le district de Peter-McGill, Projet Montréal présente cette année un jeune gestionnaire du milieu de la santé, Daniel Tran, pour ravir le siège qui sera laissé vacant par le départ de Cathy Wong, qui était devenue en novembre 2017 la première femme à présider le conseil municipal de Montréal. La formation de Denis Coderre mise pour sa part sur l’ancien vice-président de Québecor Serge Sasseville comme candidat vedette dans ce district, où la colistière de Balarama Holness, Idil Issa, tente aussi de se faire élire. Valérie Plante pourra pour sa part siéger dans le district de Sainte-Marie si elle est défaite le 7 novembre, à condition que sa candidate dans ce district, Sophie Mauzerolle, soit élue.

À voir en vidéo