Problèmes de paie dans la santé: des infirmières maintenant touchées

Après les préposés aux bénéficiaires, c’est au tour des infirmières de se plaindre du retard dans le versement de paiements rétroactifs.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Après les préposés aux bénéficiaires, c’est au tour des infirmières de se plaindre du retard dans le versement de paiements rétroactifs.

Le problème des systèmes de paie dans la santé s’étend. Après les préposés aux bénéficiaires, c’est au tour des infirmières de se plaindre du retard dans le versement de paiements rétroactifs qui étaient dus en vertu des nouvelles conventions collectives.

Le problème vient de fournisseurs privés qui n’ont pu modifier à temps leur logiciel de paie, après le renouvellement des conventions collectives dans la santé et les services sociaux.

Le Syndicat québécois des employés de service (SQEES), affilié à la FTQ, avait dénoncé ces retards le 27 octobre, rapportant que «plusieurs établissements» l’avaient informé que les services de paie seraient incapables de respecter les délais prévus à la nouvelle convention collective pour le versement de certains montants.

Maintenant, ce sont les membres de la FIQ qui vivent de semblables problèmes. Par exemple, un montant qui devait être versé avant le 6 novembre ne l’a toujours pas été.

L’entente entre la FTQ et le gouvernement du Québec pour le renouvellement des conventions collectives remonte pourtant à la fin du mois de mai. Elle avait été entérinée en juin, puis il avait fallu s’entendre sur les textes et signer le tout.

«Ces retards sont inacceptables pour nos membres qui voient repousser à une date indéterminée leur bonification salariale, alors que c’est depuis avril 2019 que les salaires n’ont pas été ajustés», avait déploré Lucie Thériault, secrétaire générale du SQEES affilié à la FTQ.

Invité à commenter, le Conseil du trésor nous a dirigés vers le ministère de la Santé. Ce dernier n’avait pas encore fait connaître ses commentaires, au moment d’écrire ces lignes.

À voir en vidéo