Pornhub conclut un règlement à l’amiable en Californie avec 50 plaignantes

MindGeek a indiqué jeudi dans un courriel qu’elle ne tolérait aucun contenu illégal sur ses plateformes.
Photo: La Presse canadienne MindGeek a indiqué jeudi dans un courriel qu’elle ne tolérait aucun contenu illégal sur ses plateformes.

Pornhub et plusieurs sociétés affiliées ont réglé à l’amiable une poursuite intentée aux États-Unis par 50 femmes, dont trois Canadiennes, qui soutenaient que l’entreprise avait tiré profit de vidéos pornographiques publiées sans leur plein consentement.

Brian Holm, l’avocat des plaignantes, a confirmé le règlement, dont les termes sont confidentiels, comme il est d’usage pour de telles ententes à l’amiable.

La poursuite, déposée en décembre dernier devant le tribunal de district de Californie, alléguait que MindGeek, la société mère de Pornhub, savait — ou aurait dû savoir — qu’un de ses partenaires commerciaux utilisait régulièrement la fraude et la coercition pour faire apparaître des femmes dans des vidéos.

La poursuite impliquait à l’origine 40 plaignantes, mais d’autres femmes se sont ensuite ajoutées et de nouvelles entreprises liées à la société mère MindGeek étaient aussi visées.

Bien que MindGeek ait légalement son siège social au Luxembourg, son bureau principal est situé à Montréal.

En réponse à une demande de commentaires, MindGeek a indiqué jeudi dans un courriel qu’elle ne tolérait aucun contenu illégal sur ses plateformes.

En décembre dernier, une Ontarienne a déposé en Cour supérieure du Québec une demande d’action collective de 600 millions $ contre MindGeek. La femme soutient que Pornhub a diffusé une vidéo de l’agression sexuelle qu’elle avait subie alors qu’elle avait une douzaine d’années.

Cette dépêche a été rédigée avec le soutien financier des Bourses de Facebook et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

À voir en vidéo