La FIQ secouée par une crise interne

Une crise interne secoue la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), le principal syndicat d’infirmières au Québec. Sa présidente, Nancy Bédard, a entamé vendredi dernier « un moment de réflexion afin de prendre le recul nécessaire pour prendre les meilleures décisions pour l’organisation », indique le comité exécutif national de la FIQ dans une lettre adressée aux présidents des syndicats affiliés et obtenue par Le Devoir.

« La présidente fera part des conclusions de ses réflexions dès que possible », poursuit le comité exécutif national dans sa missive envoyée le 7 octobre.

« En réflexion »

Contactée par Le Devoir, la FIQ confirme que sa présidente est actuellement « en réflexion ». « Nous ne ferons pas d’autres commentaires sur la suite », précise la conseillère aux relations de presse Liliane Côté.

Un conseil national extraordinaire doit avoir lieu mercredi.

Le leadership de Nancy Bédard est contesté. La présidente de la FIQ a fait l’objet d’une motion de censure lors d’un huis clos du Conseil national, le 4 octobre. Environ 60 % des délégués ont voté pour et 40 % contre, d’après des sources consultées par Le Devoir.

La vice-présidente à l’organisation syndicale et à l’éducation-animation de la FIQ, Kathleen Bertrand, a remis sa démission le lendemain, lors de la séance du comité exécutif. La démissionnaire a écrit sur sa page Facebook deux jours plus tard que « la vie nous fait parfois prendre des chemins inattendus, il ne faut jamais hésiter à se tenir debout pour être en accord avec nos valeurs et nos principes et surtout ne jamais avoir de remords ».

« J’ai quitté mes fonctions au sein du comité exécutif de la FIQ pour pouvoir continuer à me regarder dans le miroir et me dire que se tenir debout, c’est toujours la meilleure route à prendre », a poursuivi Kathleen Bertrand dans une publication publique diffusée sur Facebook.

Nancy Bédard a été réélue à la tête de la FIQ en juin pour un deuxième mandat. Elle succède à Régine Laurent, présidente de 2009 à 2017.

Le syndicat qui représente des infirmières, des infirmières auxiliaires et des inhalothérapeutes a récemment signé une nouvelle convention collective avec le gouvernement québécois. Selon la FIQ, 54 % des membres ont voté pour l’entente de principe présentée en juin.

À voir en vidéo