Quoi retenir de la (longue) fin de semaine?

  • Suspension des permis pour les infirmiers non vaccinés

    Suspension des permis pour les infirmiers non vaccinés

    Les infirmières et infirmiers non vaccinés contre la COVID-19 verront leurs permis suspendus à compter de vendredi prochain. C’est ce qu’a confirmé lundi le président de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Luc Mathieu, trois jours après que le ministre québécois de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a réitéré son ultimatum aux employés du réseau de la santé.

    «Je ne comprends pas que des gens ayant une formation scientifique s’opposent à se faire vacciner», a déclaré le président, précisant qu’à la fin de la semaine dernière, 4338 des membres de l’Ordre n’avaient pas été adéquatement vaccinés et que le statut de 5716 autres restait à vérifier. La décision sur la suspension des permis devrait être communiquée officiellement aux personnes concernées mardi ou mercredi. Cette suspension demeurera en vigueur tant qu’une preuve de vaccination adéquate n’aura pas été produite.

    De son côté, le ministre Dubé, qui s’est empressé de saluer la décision de l’OIIQ sur Twitter, s’est engagé à présenter cette semaine un plan de contingence, qui prévoit une réorganisation des services dans le réseau.

  • Promesses électorales à Montréal

    Promesses électorales à Montréal

    Les chefs des deux principaux partis montréalais ont profité de la longue fin de semaine pour faire des annonces.

    La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, a d’abord proposé samedi d’augmenter de 50% le nombre de véhicules en libre-service dans la métropole d’ici quatre ans en misant sur des coûts de permis réduits. La proposition vise à promouvoir l’autopartage et à répondre à une demande croissance pour cette forme de mobilité. Le prix des permis pour les véhicules électriques destinés à l’autopartage serait particulièrement diminué, en passant de frais annuels de 300 $ à la somme symbolique de 1 $. Celui des véhicules hybrides passerait d’une facture de 835 $ à 225 $, tandis que celui des véhicules à essence serait abaissé de 835 $ à 600 $.

    Lundi matin, la mairesse sortante s’est aussi engagée à doubler le budget de la Ville destiné à l’aide aux personnes itinérantes si elle est élue pour un second mandat. Le financement passerait donc de 3 à 6 millions de dollars par année, soit 24 millions de dollars au terme d’un mandat de quatre ans.

    La veille, son opposant, Denis Coderre, a quant à lui annoncé son souhait de recouvrir une portion de l’autoroute Décarie, entre le chemin Queen-Mary et le chemin de la Côte-Sainte-Catherine, pour y aménager un parc, des installations sportives extérieures et des installations familiales, un projet estimé à 700 millions de dollars. Le chef d’Ensemble Montréal s’est engagé à mandater une étude de faisabilité s’il est porté au pouvoir le 7 novembre.

  • La victoire de Leylah Fernandez

    La victoire de Leylah Fernandez

    Leylah Fernandez a atteint dimanche le quatrième tour au tournoi de tennis d’Indian Wells, aux États-Unis. La Québécoise âgée de 19 ans l’a emporté sur la 9e tête de série, la Russe Anastasia Pavlyunchenkova, dans une victoire en trois manches de 5-7, 6-3 et 6-4. Classée 23e dans le tournoi, Fernandez affrontera l’Américaine Shelby Rogers en huitième de finale.

    Du côté des hommes, Félix Auger-Aliassime a été éliminé au deuxième tour du tournoi. Le Québécois s’est incliné en deux manches de 4-6 et 2-6 face à l’Espagnol Albert Ramos-Vinolas. L’athlète de 21 ans, 7e tête de série, a éprouvé toutes sortes d’ennuis au service. S’il a réussi sept as contre son rival, il a aussi commis sept doubles fautes.

  • L’Autriche se dote d’un nouveau chancelier

    L’Autriche se dote d’un nouveau chancelier

    Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz (en photo), soupçonné d’être impliqué dans une affaire de corruption, a annoncé samedi soir sa démission. Tout en réfutant ce qu’il qualifie de «fausses accusations», le dirigeant conservateur de 35 ans a expliqué que son départ servait «la stabilité» du pays.

    Sebastian Kurz est soupçonné d’avoir utilisé des fonds publics pour s’assurer une couverture médiatique favorable et ainsi accéder au pouvoir. Neuf autres suspects, ainsi que trois organisations, sont également visés par une enquête pour diverses infractions liées à cette affaire entre 2016 et 2018.

    Lundi, le ministre autrichien des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg, a été officiellement investi à la chancellerie pour tenter de restaurer confiance et stabilité dans le pays. Âgé de 52 ans, le nouveau dirigeant conservateur est un fidèle de Sebastian Kurz, dont il partage les convictions, de la lutte contre l’immigration à l’hostilité envers la Turquie.

À voir en vidéo