Les Canadiens immunisés avec l’AstraZeneca pourront voyager aux États-Unis

Les Canadiens immunisés avec le vaccin Oxford-AstraZeneca pourront voyager aux États-Unis lorsque les nouvelles règles entreront en vigueur le mois prochain.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les Canadiens immunisés avec le vaccin Oxford-AstraZeneca pourront voyager aux États-Unis lorsque les nouvelles règles entreront en vigueur le mois prochain.

Les Canadiens immunisés contre la COVID-19 avec le vaccin Oxford-AstraZeneca pourront se rendre aux États-Unis lorsque de nouvelles réglementations sur les voyages entreront en vigueur le mois prochain, mais il n’est pas encore clair si ceux qui ont reçu des doses mixtes seront acceptés.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDI) ont confirmé lundi, que les États-Unis accepteront les voyageurs internationaux immunisés avec des vaccins approuvés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Food and Drug Administration (FDA).

Davantage de détails seront fournis à mesure que les exigences seront finalisées.

Des responsables de la Maison-Blanche ont déclaré le mois dernier que les États-Unis commenceraient à accueillir des voyageurs internationaux entièrement vaccinés en novembre, mais ils n’avaient pas précisé quels vaccins seraient acceptés.

La FDA a approuvé trois vaccins contre la COVID-19, et la formule d’AstraZeneca n’en fait pas partie. Celui-ci est cependant approuvé par l’OMS.

La FDA n’autorise pas non plus le mélange de doses de Pfizer et de Moderna.

Plus de 3,9 millions de Canadiens ont reçu deux doses différentes de vaccins contre la COVID-19 approuvés par Santé Canada, sans compter le Québec qui ne catégorise pas ce type de données.

Environ 1,6 million ont reçu une dose d’AstraZeneca suivie d’un vaccin à ARNm, selon les données de l’Agence de la santé publique du Canada. Il n’est pas encore clair si ceux qui ont reçu des doses mixtes répondront aux critères.

Les vaccins contre la COVID-19 approuvés dans le cadre de la liste d’utilisation d’urgence de l’OMS n’ont été évalués que dans des situations où des gens ont reçu le même vaccin pour les deux injections.

Mais le groupe consultatif stratégique d’experts sur la vaccination de l’agence recommande que les vaccins à ARNm – Pfizer-BioNTech ou Moderna – puissent être utilisés comme deuxième dose après une première dose avec le vaccin AstraZeneca si une deuxième dose d’AstraZeneca n’est pas disponible.

Les CDC n’ont pas répondu aux demandes de La Presse canadienne au moment de la publication.

Le Conseil national des lignes aériennes du Canada applaudit néanmoins la décision des CDC.

« Alors que les pays vont de l’avant et reconnaissent les vaccins approuvés par l’OMS, cela souligne le besoin crucial pour le gouvernement canadien de faire de même et d’accepter la norme mondiale établie par l’OMS », a déclaré Mike McNaney, président et chef de la direction du groupe, dans un courriel.

Ottawa reconnaît les vaccins à ARNm Moderna et Pfizer-BioNTech, ainsi que les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson, mais pas les vaccins Sinopharm ou Sinovac approuvés par l’OMS.

La décision des CDC signifie que les responsables américains reconnaîtront les six.

Les voyageurs au Canada ne peuvent être considérés comme complètement vaccinés que s’ils ont reçu deux doses de vaccins approuvés par Santé Canada au moins 14 jours avant leur entrée au pays.

Une porte-parole d’Affaires mondiales Canada a déclaré qu’Ottawa « respecte le droit des États-Unis de déterminer leurs restrictions frontalières ».

« Le gouvernement du Canada travaille avec des partenaires, y compris les États-Unis, pour plaider en faveur de la reconnaissance à l’étranger de la stratégie de vaccination réussie et basée sur la science du Canada, qui comprend des calendriers de vaccination mixtes, des intervalles de dose prolongés et un ensemble de vaccins sûrs et efficaces », a déclaré Geneviève Tremblay samedi dans un communiqué envoyé par courriel.

Les nouvelles règles concernant les voyages aux États-Unis remplacent les interdictions de voyager de l’ère Trump qui limitaient les visites aux États-Unis de ceux qui avaient récemment séjourné au Royaume-Uni, dans l’Union européenne, en Chine, en Inde, en Iran, en Irlande, au Brésil et en Afrique du Sud.

Les passagers devront présenter une preuve de vaccination avant l’embarquement, ainsi qu’un test de dépistage de la COVID-19 négatif effectué moins de trois jours avant le départ.

À voir en vidéo