La famille de Joyce Echaquan poursuivra au civil des médecins et l’hôpital de Joliette

La famille se dit «extrêmement déçue» de cette enquête de l’Ordre des infirmières et lui demande de «refaire ses devoirs».
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La famille se dit «extrêmement déçue» de cette enquête de l’Ordre des infirmières et lui demande de «refaire ses devoirs».

La famille de Joyce Echaquan poursuivra l’hôpital de Joliette et certains médecins au civil en raison des nombreux manquements qui ont mené à la mort de la femme atikamekw.

L’avocat de la famille Echaquan, Me Patrick Martin-Ménard, a annoncé mardi qu’une série de procédures seront entamées afin d’obtenir justice, dont une poursuite en responsabilité civile qui sera intentée lors des prochains jours. « C’est clair pour nous qu’on a tous les éléments qui nous amènent à penser que la responsabilité civile de l’hôpital et de certains médecins est engagée dans ce contexte-là », a soutenu l’avocat.

Une nouvelle plainte sera également déposée à l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) en lien avec les événements survenus au Centre hospitalier de Lanaudière en septembre 2020.

L’OIIQ a annoncé la semaine dernière que l’infirmière qui a insulté Joyce Echaquan dans la vidéo filmée par la patiente avant sa mort avait été radiée pour un an. Or, la famille se dit « extrêmement déçue » de l’enquête et demande à l’OIIQ de « refaire ses devoirs » .

« L’enquête semble s’être concentrée uniquement sur les événements que l’on voit dans la vidéo, mais ne porte pas attention à ce qui s’est passé avant et après », a expliqué Me Martin-Ménard, qui était entouré de la famille Echaquan dans le jardin de l’Auberge Godefroy, à Bécancour, quelques heures à peine après la conférence de presse de la coroner Géhane Kamel à Trois-Rivières. « Le fait le plus important, selon nous, c’est le fait qu’elle a été laissée seule, contentionnée physiquement et chimiquement, sans surveillance étroite », a martelé l’avocat.

Plusieurs manquements et comportements répréhensibles ont été mis au jour par l’enquête publique de la coroner sur le drame. Une voisine de civière a notamment révélé que les infirmières riaient de Mme Echaquan lorsque celle-ci est tombée par terre. Un autre témoin a entendu le personnel soignant soupirer de soulagement après le décès de la femme atikamekw.

Si l’OIIQ tient véritablement à protéger le public, il doit également se pencher sur l’emploi des candidates à l’exercice de la profession infirmière (CEPI), qui n’ont pas encore reçu leur diplôme, mais qui sont traitées comme des infirmières à part entière dans certaines urgences du Québec, note-t-on d’ailleurs.

Dans son rapport, la coroner Géhane Kamel a relevé le fait que la CEPI qui avait la responsabilité de Mme Echaquan n’avait pas les compétences requises pour s’occuper d’une patiente dont l’état était aussi instable. La coroner recommandait notamment que l’Ordre se penche sur cette pratique.

L’avocat a profité de l’occasion pour souligner le manque de sensibilité de l’OIIQ, qui a annoncé la radiation de l’infirmière le jour même de l’anniversaire de la mort de Mme Echaquan, et ce, en passant d’abord par les médias et non pas la famille. Un geste qualifié d’« extrêmement insultant » par la famille, qui estime que cette enquête était « davantage une opération de relations publiques » qu’autre chose.

Une plainte sera également déposée au Collège des médecins contre les deux médecins qui ont traité Mme Echaquan pendant ces deux jours. Il s’agit, encore une fois, d’éléments soulignés par la coroner Kamel. Enfin, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse sera saisie du dossier.

La famille a toutefois tenu à « saluer » le rapport de la coroner, qui leur semble « juste ».

Carol Dubé, le mari de Joyce Echaquan, a rappelé à quel point il avait été « extrêmement difficile » d’entendre « les mensonges et les contradictions » tout au long de l’enquête publique. « Aujourd’hui, nous voyons dans ce rapport des preuves de ce que nos cœurs nous murmuraient, et cela nous réconforte un peu. »

À voir en vidéo