Hausse des signalements pour exploitation sexuelle de mineurs

Le nombre de dénonciations reçues à ce sujet par la SQ était en hausse de 76%, en 2020-2021, par rapport à l’année précédente.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le nombre de dénonciations reçues à ce sujet par la SQ était en hausse de 76%, en 2020-2021, par rapport à l’année précédente.

Les signalements de cas d’exploitation sexuelle de mineurs ont augmenté fortement en raison de la pandémie, indique le plus récent rapport annuel de la Sûreté du Québec (SQ).

Le nombre de dénonciations reçues à ce sujet par la SQ était en hausse de 76 %, en 2020-2021, par rapport à l’année précédente.

« Cette augmentation s’inscrit dans un contexte de la pandémie où le temps passé devant l’écran s’est accru, favorisant les occasions pour l’exploitation sexuelle en ligne », indique la SQ dans son rapport rendu public à l’Assemblée nationale, mardi.

Le corps policier ne précise pas le nombre de signalements liés à cette hausse ni combien se sont avérés fondés.

En juin, le gouvernement du Québec a annoncé 100 millions de dollars sur cinq ans pour intensifier les efforts des policiers du Québec pour détecter et réprimer l’exploitation sexuelle des mineurs.

Personnes en détresse

La pandémie a également eu un impact à la hausse sur le nombre d’interventions de la SQ auprès de personnes en détresse.

Les situations de prises d’otage, de personnes barricadées, suicidaires ou dont l’état mental est perturbé ont augmenté de 32 % par rapport à l’année précédente, indique le rapport annuel de la SQ.

« Le contexte de la pandémie de COVID-19 ainsi que les mesures sanitaires qui y sont associées ont eu des répercussions sur la santé mentale de nombreux citoyens », explique le corps policier.

À voir en vidéo