Un militant antivaccins arrêté pour refus du port du masque en cour municipale de Montréal

François Amalega Bitondo, qui est arrivé à 9h30 à la cour, a néanmoins passé plus d’une heure à l’intérieur, sans masque, à attendre que vienne son tour. Deux agents de sécurité lui ont finalement demandé d’attendre à l’extérieur.
Photo: Anne-Marie Provost Le Devoir François Amalega Bitondo, qui est arrivé à 9h30 à la cour, a néanmoins passé plus d’une heure à l’intérieur, sans masque, à attendre que vienne son tour. Deux agents de sécurité lui ont finalement demandé d’attendre à l’extérieur.

Le militant antivaccin et antimesures sanitaires François Amalega Bitondo est en détention depuis mardi après-midi. Il avait été visé par un mandat d’arrestation plus tôt en journée parce qu’il a refusé de porter un masque lors de son procès pour entrave au travail des policiers.

Il restera détenu jusqu’à sa comparution mercredi. Il a été coopératif lors de son arrestation un peu avant 16 h devant la cour municipale de la Ville de Montréal, a précisé le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) au Devoir.

Celui-ci faisait plus tôt dans la journée le pied de grue sur le trottoir devant le bâtiment. « Je ne veux pas entrer dans la cour si je dois porter le masque une seule seconde », a-t-il dit devant Le Devoir. Comme il n’était pas à l’intérieur lorsque son tour est venu, le juge Marc Alain a donc lancé un mandat d’arrestation contre lui.

« Vous ne pouvez pas être à l’intérieur du bâtiment ou de la salle d’audience sans masque. Comme vous ne portez pas de masque et que vous n’avez pas de condition médicale, vous êtes sous mandat d’arrestation », a dit d’un ton officiel un agent de sécurité à l’homme de 43 ans.

François Amalega Bitondo est connu pour avoir organisé des coups d’éclat et des manifestations antivaccins devant des écoles. Il devait subir mardi avant-midi un procès pour entrave au travail des policiers en lien avec des événements survenus le 12 mars dernier dans une épicerie grande surface. Selon ce que le militant antimesures sanitaires a indiqué au Devoir, il serait déjà entré sans masque dans cette même épicerie à quelques reprises par le passé. Un employé a décidé d’appeler les policiers et il serait sorti à l’extérieur. L’homme serait toutefois entré à nouveau sans masque alors que ceux-ci rédigeaient une contravention.

L’ancien enseignant de mathématiques, qui est arrivé à 9 h 30 à la Cour municipale, a passé plus d’une heure à l’intérieur, sans masque, à attendre qu’arrive son procès. Il était accompagné d’une femme âgée qui ne portait pas non plus de masque. Une membre du personnel de la cour s’est ensuite jointe à eux et a passé le plus clair de son temps avec un masque sous le menton, malgré le fait que la sécurité l’ait rappelée à l’ordre.

Deux agents de sécurité ont finalement demandé à M. Amalega Bitondo d’attendre à l’extérieur. S’estimant victime d’une injustice, l’homme a alors démarré une diffusion en direct sur Instagram pour documenter l’intervention.

Selon une agente de sécurité postée à l’entrée, celui-ci lui aurait menti en affirmant que sa condition physique l’empêchait de porter un masque à l’intérieur. « Je voulais dire “condition de conscience” », lui a lancé François Amalega Bitondo lorsqu’elle l’a ensuite confronté sur le sujet en compagnie de deux autres agents.

À voir en vidéo