La tension monte envers les Canadiens non vaccinés, selon un sondage Léger

Les relations entre les Canadiens vaccinés et non vaccinés sont perçues comme étant mises à mal par deux répondants sur trois, mentionne le président de l’Association d’études canadiennes.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Les relations entre les Canadiens vaccinés et non vaccinés sont perçues comme étant mises à mal par deux répondants sur trois, mentionne le président de l’Association d’études canadiennes.

Un nouveau sondage semble démontrer que la tension monte au Canada envers les personnes non vaccinées contre la COVID-19.

L’enquête, menée par Léger pour le compte de l’Association d’études canadiennes, indique que plus de trois répondants sur quatre ont une opinion défavorable envers les personnes qui ne sont pas adéquatement vaccinées. Le président de l’Association, Jack Jedwab, mentionne aussi que les relations entre les Canadiens vaccinés et non vaccinés sont perçues comme étant mises à mal par deux répondants sur trois.

Ce sondage mené en ligne a permis d’interroger 1549 Canadiens entre le 10 et le 12 septembre. Il n’est pas possible de déterminer la marge d’erreur puisque les échantillons de répondants en ligne ne sont pas considérés comme étant probabilistes.

D’après les résultats obtenus, on observe que les personnes vaccinées considèrent celles qui ne le sont pas comme étant irresponsables et égoïstes. Des qualificatifs rejetés par les gens non vaccinés.

Certaines personnes opposées à la vaccination ont organisé des manifestations devant des hôpitaux et des écoles au cours des dernières semaines, pour dénoncer notamment l’implantation du passeport vaccinal et d’autres mesures de santé publique.

« Il y a un niveau élevé d’antipathie ou d’animosité, je dirais, envers les gens qui ne sont pas encore adéquatement vaccinés, estime M. Jedwab. Ce qu’on voit, c’est une tension qui s’installe dans les familles, entre amis ou entre collègues de travail, partout où il y a des relations entre gens vaccinés et non vaccinés. »

Il ajoute que la situation crée des frictions qui persistent.

Toujours d’après Jack Jedwab, les résultats du sondage indiquent que les tensions liées à la vaccination reflètent ce que l’on voyait déjà au sujet d’autres enjeux sociaux, raciaux ou culturels qui divisent la population.

Des dissensions même chez les non-vaccinés

Des divisions semblent aussi exister entre personnes non vaccinées, selon les données recueillies.

Environ une personne sur quatre n’ayant pas reçu le vaccin contre la COVID-19 aurait une opinion négative des autres personnes dans la même situation. Il semblerait que ces personnes justifient leur décision par des raisons personnelles, mais rejettent la décision d’autres personnes qui ont fait le même choix.

Dans un précédent sondage mené par l’Association, on indiquait que les Canadiens non vaccinés craignaient davantage le vaccin que la COVID-19. D’autres données indiquaient qu’une majorité de Canadiens refuserait d’accueillir chez eux une personne adulte non vaccinée.

Jack Jedwab dit s’attendre à ce que la tension continue de monter entre les Canadiens dont le statut vaccinal diffère, alors que les gouvernements et les employeurs continuent de presser la population à se faire vacciner.



À voir en vidéo