Michael Kovrig et Michael Spavor sont enfin de retour au Canada

Michael Kovrig avec son épouse Vina Nadjibulla, après son arrivée à l'aéroport international Pearson de Toronto, le samedi 25 septembre 2021.
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne Michael Kovrig avec son épouse Vina Nadjibulla, après son arrivée à l'aéroport international Pearson de Toronto, le samedi 25 septembre 2021.

Michael Kovrig et Michael Spavor sont de retour au pays après avoir été détenus pendant près de trois ans en Chine.

Un avion de Forces armées canadiennes transportant les deux hommes a atterri samedi matin à l’aéroport de Calgary. Ils ont été accueillis par le premier ministre Justin Trudeau et le ministre des Affaires étrangères Marc Garneau, selon un porte-parole du cabinet du premier ministre.

Selon des images diffusées par CTV, M. Trudeau a serré dans ses bras certains passagers d’un avion sur le tarmac de l’aéroport.

« Bon retour chez vous, Michael Kovrig et Michael Spavor. Vous avez fait preuve d’une force, d’une résilience et d’une persévérance incroyables. Sachez que les Canadiens de partout au pays resteront là pour vous comme ils l’ont toujours été », a écrit M. Trudeau sur Twitter.

Après avoir échangé des étreintes avec M. Trudeau et salué son compagnon d’infortune, M. Kovrig est monté à bord d’un autre avion qui l’a amené à Toronto. Sa femme Vina Nadjibullah et sa sœur Ariana Botha l’ont accueilli en l’embrassant sur le tarmac.

« C’est fantastique de revenir au Canada, a-t-il lancé aux journalistes. Je suis immensément reconnaissant envers tous ceux qui ont œuvré si fort à notre retour chez nous. »

L’avion transportant les deux Michael a décollé de Chine vendredi, peu de temps après le Canada eut abandonné les procédures d’extradition contre la directrice financière de la société chinoise Huawei, Meng Wanzhou.

Mme Meng a conclu un accord avec les États-Unis, qui cherchaient à obtenir son extradition pour la traduire en justice pour fraude.

Les détentions en Chine des citoyens canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor ont été largement considérées comme des représailles à l’arrestation de Mme Meng par le Canada.

La Chine a publiquement soutenu qu’il n’y avait aucun lien entre l’affaire Meng et l’emprisonnement de MM. Kovrig et Spavor, tous deux accusés d’espionnage, elle a laissé entendre que si elle était autorisée à être libérée, cela pourrait être favorable aux deux hommes canadiens.

Selon un ancien ambassadeur canadien en Chine, Guy Saint-Jacques, la libération des deux Canadiens coïncidant avec celle de Mme Meng n’est pas l’effet du hasard. Elle démontre les véritables raisons de la détention de MM. Kovrig et Spavor.

« Les Chinois étaient si pressés de voir Mme Meng revenir qu’ils ont abandonné toute prétention voulant qu’ils aient de bonnes raisons pour avoir arrêté les deux Michael, souligne-t-il. Ils doivent reconnaître que leur réputation a été très ternie. »

L’International Crisis Group pour lequel M. Kovrig travaillait au moment de son arrestation l’a louangé pour avoir affronté ses 1020 jours de détention avec courage et compassion.

« Il est demeuré courageux et positif malgré l’injustice et les épreuves qu’il a subies, a déclaré l’organisme dans un communiqué publié samedi. Il est conservé sa grâce et son humour tout au long de sa détention. Il a continué à s’exercer et à garder son goût de la lecture et sa soif de connaissance. »

À voir en vidéo