Les corps de deux enfants et un adulte découverts dans une résidence de Gatineau

Les décès ont été constatés sur les lieux, a confirmé l’agente Andrée East, porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau.
Photo: iStock Les décès ont été constatés sur les lieux, a confirmé l’agente Andrée East, porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau.

La police de Gatineau enquête sur la mort de deux enfants et un adulte, dont les corps inanimés ont été découverts mercredi après-midi dans un secteur résidentiel d’Aylmer.

C’est un appel pour « une vérification de bien-être », peu après 14 h 00, qui a mené les policiers à cette macabre découverte à l’intérieur d’une résidence située sur la rue de Dunkerque dans le secteur Le Plateau. Les décès ont été constatés sur les lieux, a confirmé l’agente Andrée East, porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).

Un important périmètre de sécurité a été érigé dans le secteur. Le poste de commandement mobile du SPVG, son service d’identité judiciaire ainsi que des enquêteurs ont été appelés sur les lieux pour analyser la scène afin de « déterminer les causes et circonstances exactes de ces décès », a indiqué l’agente East.

L’âge et le sexe des victimes ainsi que les liens qui les unissent n’ont pas été dévoilés dans l’immédiat afin de ne pas nuire à l’enquête en cours. On ne pouvait pas préciser non plus si des traces de violence avaient été constatées par les policiers.

« On a encore des éléments qu’on doit préserver pour le bien de l’enquête afin de ne pas nuire à son bon déroulement, mais on voulait à tout le moins sortir un minimum d’informations pour rassurer notre population. Quand on a un grand déploiement policier, ça peut être inquiétant pour le quartier. On voulait informer les gens de ce qui se passait sur le terrain », a précisé la porte-parole du SPVG.

La rue de Dunkerque risquait d’être fermée pour encore plusieurs heures, jusque tard dans la nuit, mais aucune évacuation n’était nécessaire dans le secteur puisqu’on ne craignait pas pour la sécurité des citoyens du quartier.

« De notre côté, c’est de s’assurer d’être en mesure de recueillir tous les éléments nécessaires pour établir, hors de tout doute raisonnable, quelles sont les causes des décès survenus. C’est vraiment de faire une analyse complète, d’aller chercher l’ensemble des informations, toutes les avenues possibles, et en venir à une seule et unique conclusion », a affirmé l’agente Andrée East.

L’enquête du SPVG se poursuit.

À voir en vidéo