Happée devant un bureau de vote, une femme est dans un «état incertain»

L’état de santé d’une des personnes happées devant un bureau de vote de Dollard-Des Ormeaux, dans l’ouest de Montréal, lundi, est désormais considéré comme «incertain», ont indiqué les policiers dans la nuit de lundi à mardi.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne L’état de santé d’une des personnes happées devant un bureau de vote de Dollard-Des Ormeaux, dans l’ouest de Montréal, lundi, est désormais considéré comme «incertain», ont indiqué les policiers dans la nuit de lundi à mardi.

L’état de santé d’une des personnes happées devant un bureau de vote de Dollard-Des Ormeaux, dans l’ouest de Montréal, lundi, est désormais considéré comme « incertain », ont indiqué les policiers dans la nuit de lundi à mardi.

La personne dont l’état de santé pourrait faire craindre le pire est une femme âgée de 77 ans, a indiqué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

« Tout porte à croire que sa vie n’est pas en danger », a assuré Véronique Comtois, une porte-parole du SPVM, lorsqu’interrogée par La Presse canadienne, ajoutant que les médecins « ne veulent pas se prononcer trop rapidement » et préfèrent voir comment la victime réagit aux traitements.

Les policiers avaient annoncé quelques heures plus tôt, durant la soirée électorale, que le bilan avait été ajusté pour passer de huit à neuf victimes.

Au total, cinq hommes, trois femmes et un enfant âgé de cinq ans ont été blessés dans l’accident de lundi après-midi. Un homme s’est ainsi ajouté au bilan qui indiquait initialement que les victimes avaient toutes été transportées à l’hôpital pour soigner des blessures ne mettant pas leur vie en danger.

Les policiers ont réitéré mardi à l’aube qu’il s’agit vraisemblablement d’une collision accidentelle, par contre, les enquêteurs tentent toujours de déterminer s’il s’agit d’une « fausse manœuvre » ou plutôt d’une « conduite qui peut mener à des accusations, malgré que ce n’était pas volontaire », a expliqué l’agente Comtois.

Les policiers avaient conduit la conductrice du véhicule, une femme âgée de 51 ans, au poste afin de la rencontrer. La porte-parole n’était pas en mesure de confirmer tôt mardi si la conductrice demeurait détenue.

À voir en vidéo