Quoi retenir de la fin de semaine?

  • New York se souvient des attentats du 11 Septembre

    New York se souvient des attentats du 11 Septembre

    À l’occasion des 20 ans des attentats du 11 Septembre, une grande cérémonie en l’honneur des 2753 victimes était organisée samedi matin à New York.

    À 8 h 46, le son d’une cloche a appelé à une minute de silence, lançant ainsi la cérémonie commémorative d’une tragédie sans nom qui a débuté à cette heure précise, ce jour de septembre 2001, par l’impact d’un premier avion contre la tour nord.

    À la fontaine du mémorial, qui occupe désormais l’emplacement exact des tours jumelles, des centaines de familles étaient réunies, habitées par une grande charge émotive. Auprès d’eux, le président, Joe Biden, accompagné des ex-présidents américains Barack Obama et Bill Clinton, venus assister à la cérémonie.

    Des événements similaires se sont tenus également au Pentagone, frappé à 9 h 37 par un troisième avion de ligne, et à Shankville en Pennsylvanie, où le vol United Airlines 93 a fini sa course dans un champ, après que les passagers aient assailli les terroristes dans le poste de pilotage.

    Consultez notre dossier spécial du week-end « 11 Septembre, 20 ans plus tard » en cliquant ici.

  • Élections fédérales, jour 28 et 29 : controverses et cadre financier

    Élections fédérales, jour 28 et 29 : controverses et cadre financier

    Lors de la 28e journée de campagne électorale, le premier ministre, Justin Trudeau, a été rattrapé par l’affaire SNC-Lavalin. Le quotidien Globe and Mail a publié samedi un extrait du livre à paraître de Jody Wilson-Raybould, dans lequel elle y raconte deux rencontres privées tenues avec M. Trudeau en 2019 où il l’aurait incitée à mentir sur les pressions subies au sein du cabinet. Appelé à réagir aux allégations de son ancienne procureure générale, le chef libéral a tout nié.

    M. Trudeau n’est pas le seul à avoir été dans l’embarras au cours de la fin de semaine. Le chef conservateur, Erin O’Toole, a dû s’expliquer après qu’un de ses députés en Nouvelle-Écosse se soit excusé pour des publications islamophobes sur les réseaux sociaux. Une autre députée conservatrice, Lisa Robinson, a aussi dû s’excuser sur des gazouillis islamophobes publiés en 2017. M. O’Toole a soutenu que « le racisme et l’islamophobie n’ont pas leur place dans le Parti conservateur du Canada ou dans [sa] campagne ».

    Plus loin des controverses, le Nouveau Parti démocratique a (enfin) dévoilé son cadre financier, samedi après-midi. Le document prévoit gonfler les coffres de l’État de 166 milliards de dollars de revenus sur cinq ans. Un gouvernement néodémocrate en aurait grandement besoin, pour financer ses 214 milliards de dollars en nouvelles dépenses. De ce montant, 68 milliards iraient en santé (toujours sur cinq ans), ce qui ne comble pas les demandes des provinces. D’autres gros montants sont prévus pour combattre les changements climatiques et la réconciliation avec les peuples autochtones. Dans la colonne des revenus, le NPD espère tirer 60 milliards grâce à un impôt sur la richesse et 25 milliards supplémentaires en augmentant le taux d’imposition des sociétés. Tous les détails du cadre par ici.

    Le chef bloquiste a, quant à lui, présenté dimanche une « espèce de stratégie » pour « redorer le blason digne » du Québec à l’étranger. Yves-François Blanchet veut notamment contrer l’image négative du Québec véhiculée dans des médias étrangers, notamment en tissant des liens avec le réseau des ambassades et consulats au Canada.

  • Audrey Diwan remporte le Lion d’Or

    Audrey Diwan remporte le Lion d’Or

    La Mostra de Venise a décerné à l’unanimité son Lion d’Or à une réalisatrice, Audrey Diwan, pour son film cru et intimiste sur l’avortement L’événement.

    Au moment de recevoir son prix, la réalisatrice a dit avoir « fait ce film avec colère et désir », en ajoutant que « malheureusement, quand vous travaillez sur l’avortement, vous êtes toujours dans l’actualité ».

    Quatre ans après l’affaire Weinstein et le début du grand examen de conscience du 7e art, l’ouverture très progressive des palmarès les plus prestigieux aux réalisatrices se confirme : après Julia Ducournau à Cannes et Chloé Zhao l’an dernier aux Oscar, voilà maintenant qu’un autre film intrinsèquement féministe récolte tous les honneurs.
    « Quelque chose est en train de changer », a laissé tomber Audrey Diwan, qui en est à son deuxième film. Elle devient la quatrième réalisatrice à obtenir le prix le plus prestigieux à Venise depuis l’an 2000.

  • Fernandez s’incline aux Internationaux des États-Unis

    Fernandez s’incline aux Internationaux des États-Unis

    Le parcours de rêve de Leylah Fernandez aux Internationaux de tennis des États-Unis ne s’est pas terminé comme elle l’aurait souhaité. La Québécoise s’est inclinée en finale samedi après-midi contre la Britannique Emma Raducanu en deux manches de 6-4, 6-3.

    « Malheureusement, j’ai commis trop d’erreurs aujourd’hui. Je pense qu’Emma l’a noté, et elle a tiré avantage de celles-ci, a analysé Fernandez, qui en était à une première finale en carrière en Grand Chelem. Je suis déçue. Cette défaite va me suivre pendant un bon bout de temps, et je crois qu’elle va me motiver à mieux m’entraîner et à m’améliorer. »

    « Leylah a joué de l’excellent tennis, a déclaré de son côté Raducanu, qui vivait elle aussi une première finale en Grand Chelem. J’ai trouvé que le niveau de jeu était très élevé. J’espère que nous nous affronterons encore plusieurs fois, et espérons que ce soit en finale. »

    Le parcours d’Emma Raducanu était lui aussi une sorte de conte de fées. Âgée de seulement 18 ans, la joueuse britannique est devenue la plus jeune championne d’un tournoi majeur depuis Maria Sharapova à Wimbledon, en 2004, et la plus jeune championne à New York depuis Serena Williams, en 1999.

    La finale masculine du tournoi avait lieu dimanche, et Novak Djokovic avait la possibilité de gagner les quatre tournois du Grand Chelem dans la même année, un exploit qui n’a pas été renouvelé depuis Rod Laver, en 1969. Le Serbe a toutefois raté son rendez-vous avec l’histoire, le Russe Daniil Medvedev l’ayant emporté en trois manches de 6-4, 6-4, 6-4.

À voir en vidéo