Fort appui des Canadiens à des passeports vaccinaux provinciaux

Le passeport vaccinal, sous forme d'un code QR à montrer, est en place au Québec depuis le 1er septembre.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le passeport vaccinal, sous forme d'un code QR à montrer, est en place au Québec depuis le 1er septembre.

Un nouveau sondage laisse croire que la plupart des Canadiens approuvaient déjà la mise en application d’un passeport vaccinal au pays, juste avant l’entrée en vigueur de la mesure au Québec lundi dernier.

Le sondage réalisé par la firme Léger du 27 au 29 août révèle que 56 % des 1544 répondants appuient fermement l’émission de passeports vaccinaux par les gouvernements des provinces pour un usage dans certains lieux publics intérieurs tels les restaurants, les bars et les centres d’entraînement, de même que lors de festivals.

La mesure est quelque peu appuyée par une autre tranche de 25 % des participants au sondage. Au total, 80 % sont en faveur de tels documents.

En revanche, 7 % des répondants ont dit être plutôt en défaveur du passeport vaccinal, alors que 13 % en désapprouvent fermement l’utilisation.

Cette semaine, le gouvernement de l’Ontario a annoncé qu’un système de vérification de la vaccination entrera en vigueur le 22 septembre. L’utilisation d’un code QR semblable à celui mis en place au Québec depuis quelques jours devra toutefois attendre au 22 octobre.

Les sondeurs de la firme Léger ont observé que les principaux appuis au passeport vaccinal étaient dans les provinces de l’Atlantique et en Colombie-Britannique, alors que la principale opposition s’est manifestée au Manitoba et en Saskatchewan.

Les répondants âgés de 55 ans et plus ont fait part d’un appui de 86 % à un tel document, le plus élevé au Canada, alors que le plus faible, de 75 %, a été relevé chez ceux âgés de 35 à 54 ans.

Le sondage s’est aussi attardé à l’opinion de la population des États-Unis à ce sujet. L’appui au passeport vaccinal s’élève à 59 % parmi les 1004 répondants américains, alors que l’opposition est de 41 %.

Aucune marge d’erreur n’a pu être attribuée au sondage, car il s’agissait d’un échantillon non probabiliste dans le cadre d’une enquête par panel.

À voir en vidéo