Les Québécois de moins en moins optimistes face à la pandémie

L’optimisme des Québécois s’effrite. Après des mois à croire presque à l’unanimité que le pire de la pandémie de COVID-19 était derrière nous, près de 20 % de la population considère maintenant que le pire est à venir.

Le plus récent coup de sonde de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dresse le portrait d’un moral en baisse. La variant Delta, la rentrée imminente et la remontée des cas pèsent vraisemblablement sur l’humeur collective.


Début juillet, plus de 85 % des personnes sondées par l’INSPQ estimaient avoir franchi le pire de la pandémie. Elles sont moins de 70 % aujourd’hui à penser de la sorte.

L’horizon de la normalité est encore repoussé dans la tête de plusieurs Québécois. Désormais, la moitié de répondants estime que la reprise des activités « comme avant la pandémie » aura lieu « au courant de 2022 ».

L’adhésion aux mesures sanitaires diminue tout autant. Entre la deuxième et la troisième vague, quelque 45 % des répondants affirmaient respecter au moins 3 mesures sanitaires recommandées par le gouvernement. Ils ne sont plus qu’un tiers à se dire enclins à suivre ces règles.

À voir en vidéo