SpaceX envoie une nouvelle cargaison dans l’espace

Le Dragon transporte plus de 2170 kilogrammes de fournitures et d'expérimentations, ainsi que des aliments frais. 
Photo: Agence France Presse/SpaceX Le Dragon transporte plus de 2170 kilogrammes de fournitures et d'expérimentations, ainsi que des aliments frais. 

Une cargaison de SpaceX comportant des fourmis, des avocats et un bras robotique de taille humaine s’est envolée dimanche vers la Station spatiale internationale.

La livraison — qui doit arriver lundi — est la 23e de l’entreprise pour la NASA en un peu moins d’une décennie.

Une fusée Falcon recyclée a décollé dans le ciel avant l’aube depuis le complexe spatial Kennedy de la NASA. Après avoir hissé la capsule Dragon, le propulseur de premier étage a atterri sur la toute dernière plateforme océanique de SpaceX, nommée « A Shortfall of Gravitas ». Le fondateur de SpaceX, Elon Musk, a poursuivi sa tradition de nommer les barges de récupération des propulseurs en hommage au regretté écrivain de science-fiction Iain Banks et à sa série « Culture ».

Le Dragon transporte plus de 2170 kilogrammes de fournitures et d’expérimentations, ainsi que des aliments frais, notamment des avocats, des citrons et même des glaces pour les sept astronautes de la station spatiale.

Des scoutes envoient des fourmis, des crevettes de saumure et des plantes comme sujets de test, tandis que des scientifiques de l’Université du Wisconsin-Madison ont donné des graines de cresson alénois, une petite herbe en fleurs utilisée dans la recherche génétique. Des échantillons de béton, de cellules solaires et d’autres matériaux seront également soumis à l’apesanteur.

Le bras robotique expérimental d’une jeune pousse japonaise, quant à lui, tentera de visser des objets ensemble lors de ses débuts en orbite et d’effectuer d’autres tâches banales normalement effectuées par les astronautes. Les premiers tests seront effectués à l’intérieur de la station spatiale.

Les futurs modèles du robot de Gitai s’aventureront dans le vide de l’espace pour effectuer des travaux de réparation de satellites et autres, a déclaré le directeur de la technologie, Toyotaka Kozuki.

Dès 2025, une escouade de ces bras pourrait aider à construire des bases lunaires et à exploiter la lune pour des ressources précieuses, a-t-il ajouté.

SpaceX a dû abandonner certaines expériences en raison des retards résultant de la COVID-19.

C’était la deuxième tentative de lancement ; l’essai de samedi a été annulé à cause d’un temps orageux.

La NASA s’est tournée vers SpaceX et d’autres sociétés américaines pour livrer du fret et des équipages à la station spatiale, une fois le programme de navette spatiale terminé en 2011.

À voir en vidéo