O’Toole évite les questions portant sur une candidate aux propos controversés

Le chef conservateur, Erin O’Toole, lors d’un rassemblement partisan à Trois-Rivières dimanche
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le chef conservateur, Erin O’Toole, lors d’un rassemblement partisan à Trois-Rivières dimanche

Le chef conservateur, Erin O’Toole, n’a pas pris ses distances avec les propos d’une de ses candidates qui a tenté de faire peur à ses électeurs en disant que les libéraux préparaient à un « confinement climatique ».

Dans une correspondance envoyée à ses électeurs avant le déclenchement des élections fédérales, la députée sortante Cheryl Gallant (Renfrew — Nipissing — Pembroke) demande aux électeurs de « transformer les prochaines élections en un référendum sur un nombre croissant de confinements ».

On disait aussi que les Canadiens doivent poser une série de questions avant d’approuver un « confinement climatique d’urgence ».

Elle a également abordé le sujet dans une vidéo diffusée sur YouTube le 18 juin, où elle accuse un professeur qui a écrit un article sur le changement climatique de promouvoir un « programme socialiste » radical.

« Combien de temps pensez-vous qu’il faudra avant que les libéraux de Trudeau commencent à appeler à un confinement climatique ? », dit-elle.

Photo: Patrick Doyle La Presse canadienne La députée conservatrice Cheryl Gallant

Gallant ajoute que M. Trudeau compte sur les Canadiens à l’esprit libéral pour qu’ils n’examinent pas trop son programme. « S’ils le faisaient, ils rendraient compte que Trudeau est un escroc. Les changements climatiques pourraient être sa plus grande arnaque. »

De passage à Saint-Hyacinthe, en Montérégie, M. O’Toole, a refusé de commenter les déclarations de sa candidate.

Il a notamment refusé de dire s’il jugeait ces déclarations acceptables, même s’il dit que son parti veut mener une campagne positive et rappelle qu’il a un plan pour lutter contre les changements climatiques.

Le chef conservateur a finalement dit que les Canadiens étaient las des confinements. Il a ajouté qu’il voulait s’adresser aux électeurs pour leur présenter son plan de relance économique.

« Nous ne portons pas notre attention sur des choses qui ont été dites il y a cinq mois ou cinq ans », a-t-il dit.

De son côté, le chef libéral visé par les allégations de Mme Gallant a jugé que c’est précisément à Erin O’Toole d’intervenir auprès de sa candidate pour que cesse ce genre de manœuvres de désinformation.

« Je trouve ça extrêmement désolant qu’il y ait encore des politiciens qui sont en train de partager des théories de conspiration. Je pense que c’est à Erin O’Toole, pas juste de se distancier de Cheryl Gallant et de ces propos, mais de les dénoncer et de corriger le tir », a réagi Justin Trudeau.

Des crédits d’impôt aux PME

Erin O’Toole a profité de la journée pour présenter certains aspects de son programme d’aide aux petites et moyennes entreprises, s’engageant notamment à « subventionner à la hauteur de 25 % le salaire des nouveaux employés » pendant une période de six mois. Il compte aussi diminuer « de façon responsable » les programmes de soutien à l’emploi.

Il s’est aussi engagé à offrir des prêts allant jusqu’à 200 000 $ aux petites et moyennes entreprises. Il s’est défendu de vouloir les endetter davantage par cette mesure. « Je crois aux entrepreneurs canadiens qui veulent réintégrer leurs travailleurs. Et ils pourront être dispensés en partie de rembourser cet emprunt. Les entrepreneurs croient en eux et je crois en eux. »

M. O’Toole a réitéré son intention d’appliquer la loi 101 aux entreprises à charte fédérale. « Il est important de préserver l’identité et la nation québécoises pour le patrimoine de notre pays », a-t-il lancé.

Il n’a pas non répondu à la question d’une journaliste qui lui demandait s’il allait respecter l’entente sur les garderies conclue entre les gouvernements fédéral et provincial, louangeant plutôt son approche « de partenariat » avec les provinces et les crédits d’impôt pour les familles.

À voir en vidéo