Homme noir abattu par la police à Repentigny: «Ça ne peut pas continuer comme ça»

Des proches de l’homme noir abattu par des policiers de Repentigny dimanche matin dénoncent vivement une intervention policière qu’ils qualifient d’injustifiée et affirment que les personnes racisées ne sont pas en sécurité dans la ville.

« Il faut que ça change, ça ne peut pas continuer comme ça. Mon fils est une victime », a lancé sa mère, Marie-Mireille Bence, devant les journalistes réunis lundi devant chez elle à Repentigny.

Son fils de 38 ans, Jean René Junior Olivier, était en détresse psychologique et croyait voir des gens qui voulaient lui faire du mal, a-t-elle raconté.

Elle a appelé les policiers, car elle était inquiète et elle avait peur qu’il se blesse. « Je suis en colère. J’ai appelé pour de l’aide, et ils ont tué mon fils », a-t-elle dit.

Selon les informations préliminaires transmises au Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), qui a ouvert une enquête sur le travail des policiers de Repentigny, les agents ont répondu vers 7 h 30 dimanche à un appel au 911 concernant une personne confuse armée d’un couteau.

Les policiers auraient d’abord tenté de raisonner M. Olivier, puis auraient utilisé du gaz poivré pour le maîtriser, toujours sans succès, selon les informations transmises au BEI. Ils auraient ensuite tiré plusieurs coups de feu en sa direction et l’auraient atteint mortellement.

Mais selon Marie-Mireille Bence, son fils n’était pas menaçant. « Il a jeté le couteau par terre et c’est là qu’ils l’ont abattu, ils ont tiré trois fois dans son estomac, a-t-elle dit. Je trouve ça absurde, il y avait d’autres moyens pour le maîtriser. »

Dolmine Laguerre, la cousine de M. Olivier, a montré aux journalistes un petit couteau de cuisine identique à celui qu’il aurait eu en sa possession et a demandé pourquoi six agents et trois balles ont été nécessaires pour le maîtriser. « La famille veut des réponses, la famille veut la justice et la famille veut savoir ce qui s’est passé, a-t-elle déclaré. Si vous venez à Repentigny, est-ce que vous sentez que nous sommes en sécurité ? Avez-vous l’impression que nous devons nous cacher ? La couleur de notre peau parle pour nous ».

« Ça fait longtemps que la confiance n’était plus là »

Pour Pierre-Richard Thomas, coordonnateur chez Lakay Média et président de l’Association des personnes racisées de Repentigny, les événements de dimanche marquent un point de rupture.

« Ça fait longtemps que la confiance n’était plus là, mais avec ce qui s’est passé, c’est la rupture totale, a-t-ildéclaré en entrevue avec Le Devoir. Quand les gens auront un problème, est-ce qu’ils vont appeler le 911 ? Auront-ils confiance envers le service de police de Repentigny ? » Il ajoute que cela fait plusieurs années que des interpellations problématiques sont dénoncées par des personnes racisées. « En cinq ans, il n’y a pas eu de changement », estime-t-il.

La situation aurait pu être gérée autrement, estime de son côté Fo Niemi, directeur général du Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR). « Si les policiers avaient eu un pistolet à impulsion électrique, est-ce qu’ils auraient pu l’utiliser ? » se demande-t-il. Il estime que l’approche devrait être différente lorsque les policiers font face à quelqu’un qui souffre de problèmes de santé mentale.

Une vigie aura lieu mercredi en soirée devant l’hôtel de ville de Repentigny. « Les gens vont continuer à demander justice et respect », souligne Pierre-Richard Thomas.

La police de Repentigny réagit

Le Service de police de la Ville de Repentigny a tenu une conférence de presse lundi après-midi.

Sa directrice, Helen Dion, s’est engagée à « prendre contact » avec la mère de M. Olivier et a dit comprendre comment la communauté noire peut être ébranlée par les événements de dimanche. Les policiers le sont aussi, a-t-elle ajouté, en précisant que les agents impliqués sont sous « suivi psychologique ».

Elle a reconnu que « la sensibilité n’était pas aussi présente qu’on l’aurait souhaité » au sein de son organisation, dont la réputation a été mise à mal par plusieurs histoires de profilage ces dernières années. Le service de police est en train de développer un programme pour améliorer ses façons de faire afin de réaliser des interventions « sans biais et sans discrimination ».

Jean René Junior Olivier a déjà eu des démêlés avec la justice.

En 2020, il a fait face à des accusations d’agression armée et de harcèlement criminel dans un contexte de violence conjugale ; les accusations ont été retirées en janvier dernier.

En mars 2017, quatre accusations liées à l’usage d’armes à feu ont été enregistrées contre lui. Trois d’entre elles ont été retirées après qu’il eut plaidé coupable à possession d’une arme à feu prohibée ou à autorisation restreinte avec des munitions. Il avait alors écopé de 30 mois de détention. Il avait également plaidé coupable à des accusations de possession de substance illicite en vertu de la Loi sur les drogues.

En 2002, il a plaidé coupable à des accusations d’introduction par effraction et de méfait. Il a écopé de 150 heures de travaux communautaires et d’une probation de deux ans. L’année suivante, il était de retour devant le tribunal puisqu’il n’a pas respecté ses conditions.

Avec Améli Pineda et La Presse canadienne

À voir en vidéo