Le corps du suspect du 14e féminicide de l’année aurait été retrouvé

Navdeep Gohtra n’avait pas été revu depuis le 21 juillet dernier, jour où sa conjointe de 32 ans a été retrouvée sans vie dans leur appartement de la rue Birnam.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Navdeep Gohtra n’avait pas été revu depuis le 21 juillet dernier, jour où sa conjointe de 32 ans a été retrouvée sans vie dans leur appartement de la rue Birnam.

Le corps de l’auteur présumé du 14e féminicide de l’année au Québec aurait été retrouvé dans la rivière des Prairies mercredi, près d’une semaine après le meurtre d’une mère de famille dans son logement du quartier Parc-Extension, à Montréal.

« Un corps a été repêché par les policiers de Laval. Il y a une possibilité que ce soit le suspect [du meurtre de Rajinder Kaur]. Les [enquêteurs de la Section des] crimes majeurs du SPVM sont sur place et vérifient les informations pour valider l’identité de l’individu », indique Véronique Comtois, relationniste au Service de police de la Ville de Montréal.

Navdeep Gohtra n’avait pas été revu depuis le 21 juillet dernier, le jour où sa conjointe de 32 ans a été retrouvée sans vie dans leur appartement de la rue Birnam. L’homme de 30 ans faisait déjà face à des accusations de harcèlement criminel dans un contexte de violence conjugale : le 19 mai dernier, il aurait proféré des menaces sérieuses envers la victime. Il avait été remis en liberté sous certaines conditions, dont celle de ne pas posséder d’armes.

Joseph Fernando, le concierge de l’immeuble où résidait le couple, avait confié au Devoir la semaine dernière que Rajinder Kaur avait changé la serrure de son logement après avoir porté plainte à la police. « Elle ne voulait plus que [son conjoint] puisse rentrer et elle a payé pour une nouvelle serrure. Mais deux jours plus tard, elle m’a téléphoné pour m’informer qu’elle avait repris avec lui et qu’elle allait lui donner une clé », nous avait alors raconté M. Fernando.

Besoin d'aide?

Si vous êtes victime de violence conjugale, vous pouvez contacter SOS Violence conjugale au 1 800 363-9010.



À voir en vidéo