Équité salariale: des milliers de dollars pour des orthophonistes et nutritionnistes

L’entente de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux concerne les orthophonistes, audiologistes, diététistes, nutritionnistes, hygiénistes dentaires et assistantes-chefs du service des archives — donc des emplois à prédominance féminine qui étaient sous-payés.
Photo: Adil Boukind Le Devoir L’entente de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux concerne les orthophonistes, audiologistes, diététistes, nutritionnistes, hygiénistes dentaires et assistantes-chefs du service des archives — donc des emplois à prédominance féminine qui étaient sous-payés.

Des milliers d’orthophonistes, d’hygiénistes dentaires et de diététistes-nutritionnistes vont pouvoir toucher chacune des milliers de dollars, grâce à une entente d’équité salariale que vient de conclure l’APTS.

Dans le cas des orthophonistes et audiologistes, le montant des correctifs salariaux avec rétroactivité pourrait atteindre 52 000 $ pour celles qui étaient au maximum de leur échelle salariale en décembre 2010, à temps complet et qui travaillaient encore en 2020.

L’entente de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux concerne les orthophonistes, audiologistes, diététistes-nutritionnistes, hygiénistes dentaires et assistantes-chefs du service des archives — donc des emplois à prédominance féminine qui étaient sous-payés.

Le montant versé varie selon le titre d’emploi, selon l’échelon salarial et autres critères.

Dans le cas des diététistes-nutritionnistes, le montant maximal est de 35 500 $.

Dans le cas des assistantes-chefs du service des archives, le montant maximal est de 36 000 $.

Dans le cas des hygiénistes dentaires, le montant maximal est de 16 000 $.

Ce sont des plaintes de maintien d’équité salariale qui datent de 2010 qui ont ainsi été réglées par l’APTS — d’où l’importance de la rétroactivité. On ignore encore de quelle façon ces sommes seront versées.

« C’est un règlement qui vient corriger les échelles salariales sur 10 ans. La façon dont ce sera versé, c’est à convenir encore, pour l’instant. Mais c’est du salaire rétroactif, qui a un impact aussi sur le régime de retraite. Donc, on vient corriger 10 ans en arrière ce qu’auraient dû gagner ces gens-là », a expliqué en entrevue avec La Presse canadienne Robert Comeau, président par intérim de l’APTS.

Les autres en bénéficieront

Bien que l’APTS représente 60 000 travailleurs dans le domaine de la santé et des services sociaux, les orthophonistes qui travaillent dans le milieu scolaire bénéficieront des mêmes correctifs salariaux, puisqu’elles ont le même titre d’emploi, a assuré M. Comeau.

De même, les travailleurs qui occupent ces emplois, mais qui sont syndiqués auprès d’autres organisations que l’APTS, bénéficieront des mêmes correctifs salariaux rétroactifs.

« Ça fait avancer le salaire de nos gens ; on en est très heureux. On est hyper fier de ce règlement-là. On pense qu’on est capable d’attirer plus de gens pour venir travailler dans ces titres d’emploi-là, parce que le réseau de la santé et des services sociaux, tout ce qui est dans le public, on a de la difficulté à attirer les gens », a conclu M. Comeau.

Cette entente sur l’équité salariale est distincte de la négociation pour le renouvellement des conventions collectives, puisqu’il s’agit d’une loi. Elle vise à corriger les écarts salariaux fondés sur le sexe à l’égard des catégories d’emplois à prédominance féminine.

À voir en vidéo