Lytton presque entièrement ravagé par un incendie

La plupart des maisons et des bâtiments de la municipalité de Lytton ont été détruits par l’incendie qui a forcé l’évacuation de près de 1000 résidents, a rapporté jeudi le ministre de la Sécurité publique de la Colombie-Britannique

Sans détailler les dommages, Mike Farnworth a expliqué en conférence de presse que les services ambulanciers de la ville et le détachement de la GRC faisaient partie des bâtiments ravagés. Plus tôt en journée, le député fédéral de la région, Brad Vis, avait indiqué que 90 % du village avait été détruit.

Le ministre Farnworth a également signalé que plusieurs résidents sont toujours portés disparus, sans toutefois pouvoir préciser leur nombre. Leur disparition fait l’objet d’une enquête de la GRC. Il a affirmé que les quelque 1000 personnes qui ont réussi à s’enfuir en lieu sûr trouveront très peu de choses lorsqu’elles pourront rentrer chez elles.

Une vague de chaleur extrême qui a fait grimper les températures locales à des sommets historiques plus tôt cette semaine est en partie responsable d’une série d’incendies de forêt dans la région.

Un incendie près de Lytton, qui s’étend maintenant sur 90 kilomètres carrés, est toujours actif et crée un danger considérable pour tous dans la région, a indiqué le premier ministre, John Horgan. Il a évoqué le fait que deux incendies semblaient avoir joué un rôle dans la destruction de Lytton, mais que les causes n’avaient pas encore été déterminées.

Le maire de Lytton, Jan Polderman, avait publié un ordre d’évacuation sur Twitter à 18 h, mercredi, une journée après que la ville eut fracassé un record de chaleur canadien avec 49,6 °C.

Le premier ministre Horgan a déclaré que les gouvernements provincial et fédéral se sont engagés à aider les résidents de la ville à reconstruire après l’incendie. La promesse de soutien d’Ottawa est survenue lors d’une conversation avec le premier ministre Justin Trudeau plus tôt jeudi, a-t-il précisé.

Le chef adjoint de la Première Nation Lytton, John Haugen, a mentionné que les flammes ont fait des ravages. Il a évoqué que la communauté, qui a évacué des personnes vers un centre de loisirs à Lillooet, en Colombie-Britannique, essaie toujours de joindre tous ses membres.

Rosanna Stamberg fait partie des personnes inquiètes puisque ses enfants sont portés disparus.

 

« Je ne sais pas dans quelle direction ils sont allés. Je ne sais pas s’ils sont descendus vers Chilliwack. Je ne sais pas s’ils sont allés à Lillooet, à Spencer’s Bridge ou Merritt ou Kamloops. Je n’en ai aucune idée, a-t-elle affirmé en entrevue depuis son domicile à Enderby. Ou s’ils sont restés à la maison. »

Edith Loring-Kuhanga, une administratrice de l’école Stein Valley Nlakapamux, a raconté qu’elle et d’autres membres du personnel avaient été contraints de mettre fin à une visioconférence avec un futur enseignant alors que l’incendie se propageait à l’immeuble.

Épreuve difficile pour les familles

 

Une famille qui a fui l’incendie forestier se demande si elle pourra retourner chez elle.

Jean McKay, une membre de la communauté de Kanaka Bar, située à environ 15 kilomètres de Lytton, affirme que sa fille Deirdre a commencé à paniquer quand l’odeur de fumée s’est intensifiée jusqu’à son domicile. « Ma fille nous a appelés avant qu’on perde le service et nous a dit : “Allez-vous-en, allez-vous-en !” se souvient-elle. Quand ma copine m’a dit que sa maison brûlait, ça m’a vraiment frappée. »

Quitter sa maison fut une épreuve extrêmement difficile. « J’ai pleuré, confie-t-elle. Ma fille a pleuré. Elle m’a dit : “Je ne sais même pas pourquoi j’ai pris mes clés. Nous n’allons peut-être plus avoir de maison.” »

N’ayant nulle part où aller, Mme McKay, ses deux filles, sa mère et sa grand-mère sont allées au « dortoir » du Canadien Pacifique à Boston Bar, où elle travaille comme responsable du nettoyage et où certains employés passent parfois la nuit. « Je me demande si le pont tient encore debout à Lytton, se questionne-t-elle. Il y a un pont ferroviaire que la communauté traverse à pied aussi. Le feu entourait toute cette région. »

Un centre d’accueil a été mis sur pied à Kamloops et un autre devrait l’être à Merritt. Toutefois, en début de journée, personne ne s’était encore rendu au centre d’accueil à Kamloops. Les quelques hôtels autour de Lytton affichent déjà complet en raison de la vague de chaleur et de la fête du Canada.

Au moins trois feux de forêt faisaient rage en Colombie-Britannique avant que celui à Lytton devienne incontrôlable.

Erica Berg, une agente provinciale d’information sur les incendies, a indiqué que 26 nouveaux feux s’étaient déclenchés dans les derniers jours et que le risque à travers la grande partie de la province est évalué de haut à extrême.



À voir en vidéo