Les restes de 182 personnes découverts près d’un autre pensionnat en Colombie-Britannique

Cette découverte intervient un mois après celle des restes de 215 enfants sur le site d'un ancien pensionnat autochtone à Kamloops, en Colombie-Britannique également.
Photo: Renaud Philippe Archives Le Devoir Cette découverte intervient un mois après celle des restes de 215 enfants sur le site d'un ancien pensionnat autochtone à Kamloops, en Colombie-Britannique également.

La communauté autochtone de Lower Kootenay, en Colombie-Britannique, affirme que des recherches utilisant un radar à pénétration ont permis de repérer 182 restes humains dans des tombes non marquées près d’un ancien pensionnat fédéral.

Dans un communiqué, on indique que la communauté d’aqam avait déjà commencé à utiliser cette technologie l’année dernière pour fouiller un site près de Cranbrook, à proximité de l’ancien pensionnat de la mission Saint-Eugène, qui a été administré par l’Église catholique de 1912 jusqu’au début des années 1970.

La communauté de Lower Kootenay, de la première nation Ktunaxa, indique que la recherche avait permis de découvrir les restes dans des sépultures non marquées, certaines aussi peu profondes que 90 à 120 cm. La communauté croit que les restes sont ceux de membres des communautés de la nation Ktunaxa, qui comprend celles d’aqam et de Lower Kootenay, mais aussi d’autres nations autochtones voisines.

La communauté de Lower Kootenay précise qu’elle commence à peine à recevoir des informations des rapports sur ce qui a été trouvé sur le site, et elle demande au public de respecter la vie privée de ses membres.

Le communiqué indique qu’une centaine de membres de la communauté de Lower Kootenay avaient fréquenté ce pensionnat. Le bâtiment abrite maintenant le complexe de golf et de casino St. Eugene, qui est détenu et exploité par un partenariat composé des communautés d’aqam, de Lower Kootenay et de trois autres communautés de la nation Ktunaxa, selon le site web d’aqam.

Un centre d’interprétation sur le site présente des expositions montrant la culture et les traditions de la nation Ktunaxa et l’histoire du pensionnat de la mission St. Eugene, indique le site web.

Selon le site Internet, tout le processus menant à la construction du complexe a pris « dix années incroyablement difficiles », à commencer par des visites familiales et deux ans de discussions avec plus de 1500 membres des cinq communautés Ktunaxa qui partagent les terres de la réserve sur lesquelles il a été construit. Toutes les communautés ont finalement voté en faveur du projet lors d’un référendum, lit-on.

La semaine dernière, la première nation de Cowessess, en Saskatchewan, a révélé qu’un radar pénétrant avait détecté dans le sol 751 tombes non marquées près de l’ancien pensionnat de Marieval, à l’est de Regina. Quelques semaines plus tôt, on a annoncé la découverte de ce que l’on croit être les restes de 215 enfants près d’un ancien pensionnat à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique fournit 12 millions $ pour aider les Premières Nations à effectuer des recherches sur le site d’anciens pensionnats et pour des programmes visant à aider les membres de la communauté victimes de traumatismes après les récentes découvertes.

Le gouvernement a indiqué cette semaine qu’il travaillait avec un certain nombre de premières nations qui ont demandé de l’aide pour déterminer les prochaines étapes des recherches sur les sites. Ces nations comprennent les Tk’emlúps te Secwépemc à Kamloops et le Daylu Dena Council à Lower Post, où un ancien pensionnat est actuellement démoli.

Le Programme de soutien en santé-résolution des problèmes des pensionnats indiens offre une ligne d’écoute téléphonique pour aider les survivants des pensionnats et leurs proches qui souffriraient de traumatismes causés par le rappel d’agressions passées. Le numéro est le 1-866-925-4419.



À voir en vidéo