Quoi surveiller aujourd’hui ?

  • Un pas de plus vers la normalité

    Un pas de plus vers la normalité

    Dès aujourd’hui, la majorité des régions du Québec passent de la zone orange à la zone jaune. Autrement dit, les rassemblements privés sont permis pour les personnes de deux domiciles différents. À l’extérieur et sur les balcons, jusqu’à 8 personnes peuvent se réunir si elles respectent la distanciation.

    Grande nouveauté: les bars peuvent accueillir à nouveau des clients à l’intérieur, mais avec restrictions. Les sports avec contacts brefs sont aussi autorisés pour les groupes de 25 personnes. Les cérémonies religieuses peuvent réunir jusqu’à 250 personnes.

    Par ailleurs, les chauffeurs d’autobus de la STM n’auront plus l’obligation de porter un masque en conduisant.

  • Sommet sur la sécurité internationale

    Sommet sur la sécurité internationale

    Justin Trudeau rencontre aujourd’hui des dirigeants des pays de l’OTAN. Ce sommet rassemble les pays occidentaux autour d’intérêts militaires communs.

    À l’ordre du jour: l’entrée possible de l’Ukraine dans ce groupe sélect. Le renforcement militaire de la Russie à la frontière ukrainienne, l’annexion de la Crimée par Moscou en 2014, l’ingérence présumée de la Russie dans les élections américaines et les allégations de cyberattaques téléguidées par le Kremlin ont contribué à exacerber les tensions entre Moscou et ses homologues de l’Ouest.

  • Le Canadien en demi-finale

    Le Canadien en demi-finale

    Le Canadien de Montréal affronte ce soir les Golden Knights de Las Vegas dans le premier duel des demi-finales des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

    Il s’agit d’une première rencontre entre les deux équipes, puisqu’elles ont joué uniquement dans leur division cette année. Plusieurs analystes prévoient un duel de gardiens, alors que Carey Price se mesurera au vétéran Marc-André Fleury.

    L’ambiance risque d’être survoltée au T-Mobile Arena de Las Vegas, où près de 18 000 spectateurs prendront place dans les gradins.

  • Le droit des enfants autochtones devant la justice

    Le droit des enfants autochtones devant la justice

    La Cour fédérale s’empare aujourd’hui d’un litige entre le gouvernement fédéral et le Tribunal canadien des droits de la personne au sujet des enfants autochtones retirés à la garde de leur famille.

    Ottawa conteste deux décisions de ce Tribunal. La première obligeait le gouvernement à verser 40 000$ pour chaque enfant des Premières Nations retiré, après 2006, de façon inappropriée de la garde de ses parents. La seconde étendait le principe de Jordan aux enfants autochtones vivant hors des réserves ou n’étant pas inscrits en vertu de la Loi sur les Indiens. Selon ce principe, tous les enfants des Premières Nations devraient bénéficier du même soutien et des mêmes services que les autres enfants canadiens, qu’ils vivent ou non au sein d’une réserve.

    Les avocats du gouvernement affirment que le tribunal a outrepassé son autorité en accordant des dommages-intérêts individuels. Ottawa veut plutôt indemniser les enfants autochtones et leurs familles par le biais d’un règlement dans deux recours collectifs distincts, mais liés.

À voir en vidéo