En photos | Les enfants morts dans les pensionnats ne peuvent plus être ignorés

Les enfants morts dans les pensionnats existaient dans les récits des aînés. La découverte de Kamloops a révélé leurs existences au monde entier.

1 Étaient-ils cachés ou ignorés ? Des pans de l’histoire ont émergé lorsque la première nation Tk’emlups te Secwépemc a annoncé le 27 mai la découverte des restes de 215 enfants près de l’ancien pensionnat de Kamloops. Renaud Philippe Le Devoir
2 L’édifice de briques rouges a été transformé en centre culturel. Il est rempli de souvenirs ; il a accueilli des élèves autochtones de 1890 à 1978. Renaud Philippe Le Devoir
3 « C’est gigantesque : 215 âmes, dans leur dernier souffle, ont réveillé le monde entier. » Jackie Andrew fait partie des nombreuses personnes qui se sont réunies devant l’ancien pensionnat de Kamloops au cours des derniers jours pour soutenir la communauté endeuillée. Renaud Philippe Le Devoir
4 La cheffe de Tk’emlups te Secwépemc, Rosanne Casimir, n’a pas l’intention de démolir le bâtiment, qui s’impose au pied de la rivière Thompson. « Nous souhaitons garder et nous garderons l’édifice de l’ancien pensionnat », a-t-elle statué, en insistant sur le devoir de mémoire. Renaud Philippe Le Devoir
5 Selon les documents officiels publiés avant la macabre découverte, 51 élèves du pensionnat de Kamloops y ont perdu la vie. Certains avaient moins d’un mois lorsqu’ils sont morts. Renaud Philippe Le Devoir
6 « Les enfants du pensionnat de Kamloops ont souffert de la ségrégation et d’un isolement extrême », est-il écrit sur une affiche installée devant l’établissement de Kamloops. Renaud Philippe Le Devoir
7 L’ancien pensionnat de Kamloops a autrefois accueilli jusqu’à 500 élèves. En 2004, l’ex-employé Gerald Moran a été reconnu coupable de 12 chefs d’accusation pour agression sexuelle et condamné à trois ans de prison. Renaud Philippe Le Devoir
8 À Mission, site de l’ancien pensionnat de St. Mary’s, la nature reprend ses droits sur les constructions de l’homme. Vingt et un enfants sont morts ici. Renaud Philippe Le Devoir
9 Dans North Vancouver, le pensionnat St. Paul’s était un « piège mortel » et un « piège à feu », a écrit un représentant du gouvernement de la Colombie-Britannique en 1933. Une épidémie de varicelle a frappé l’école deux ans plus tard. Renaud Philippe Le Devoir
10 L’ancien pensionnat St. Paul’s est adossé à une école catholique. Renaud Philippe Le Devoir
11 Selon les documents officiels datant d’avant la découverte de Kamloops, plus de 400 enfants sont morts dans les pensionnats de la Colombie-Britannique — parfois en essayant de s’échapper. Renaud Philippe Le Devoir
12 La nation shishalt, installée sur la Sunshine Coast, jouit d’un gouvernement autonome depuis 1986. De son pensionnat, il ne reste plus rien, sauf un monument commémoratif. Renaud Philippe Le Devoir
13 Le chef de la nation shishalt, Henry Warren Paull, planifie un voyage à Kamloops avec des membres de sa communauté. « Il est temps de ramener les esprits des enfants [à la maison] », dit-il. Renaud Philippe Le Devoir
14 « Bon débarras ! » lance une employée du gouvernement de la nation shishalt. Le pensionnat a été brûlé en 1975 pour faire place à de nouveaux bâtiments. Renaud Philippe Le Devoir
15 L’Église catholique ne s’est jamais excusée pour les sévices perpétrés dans les pensionnats. Le pape non plus. Renaud Philippe Le Devoir

À voir en vidéo