cache information close 

Décès de Pierre-Louis Mallen - Une voix de France au Québec s'éteint

Il était de ceux qui, depuis la France, avaient voulu accompagner le Québec sur la voie de son accession à l'indépendance. Après avoir vécu plusieurs années au Québec, le Français Pierre-Louis Mallen est mort le 5 août à Paris. Il avait 95 ans.

En 1963, Mallen avait été choisi par le ministre Alain Peyrefitte à titre de délégué de la radio-télévision française à Montréal dans «une mission d'ouverture au Québec». Ses fonctions le conduisent bien vite à servir d'antenne privilégiée pour la visite du général de Gaulle au Québec.

Toute sa vie, Pierre-Louis Mallen milite en faveur de l'épanouissement de la langue française et, dans cette perspective, il s'intéresse de très près, dès les années 1960, à l'épanouissement des Canadiens français. Au Québec, il est alors séduit par l'exceptionnel talent de tribun du jeune Pierre Bourgault, alors président du Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN). «Pour la première fois depuis que j'étais en Amérique, j'entendais un authentique tribun», écrira-t-il.

Un fidèle

Ces dernières années, Pierre-Louis Mallen se montre particulièrement déçu de voir les Jeux olympiques faire une si large place à l'anglais alors que la Charte olympique fait du français sa première langue. Dans plusieurs prises de position publiques, il réagit contre ce déclassement international du français.

Selon Yves Michaud, ancien délégué du gouvernement du Québec à Paris, Pierre-Louis Mallen «faisait partie des plus grands défenseurs du Québec en France. C'était un fidèle qui avait là-bas ses entrées partout, du ministère des Affaires étrangères jusqu'au premier ministre». Yves Michaud garde aussi souvenir que Mallen fut, en juillet 1967, un de ceux qui permirent techniquement et à toute vitesse au général de Gaulle de pouvoir prendre la parole depuis le balcon de l'hôtel de ville de Montréal et de lancer ainsi son célèbre «Vive le Québec libre!».

Le politologue Guy Bouthillier, ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste, signale pour sa part que Pierre-Louis Mallen «fait partie des premiers Français qui ont découvert le Québec moderne et veillé à établir des liens avec lui».

Pierre-Louis Mallen était un récipiendaire de l'Ordre des francophones d'Amérique et un correspondant de l'Institut de France. L'Université du Québec à Montréal lui avait aussi décerné un doctorat honorifique. Au cours de sa longue carrière, il a publié quantité d'articles ainsi que quelques livres, dont Vivre le Québec libre, préfacé par René Lévesque.