Le pape exprime sa « douleur » sans s'excuser pour les pensionnats autochtones

Le pape François a exprimé dimanche sa « douleur » concernant la découverte des restes de 215 enfants autochtones à l’issue de la traditionnelle prière dominicale de l’Angélus sur la place Saint-Pierre.
Photo: Vincenzo Pinto Agence France-Presse Le pape François a exprimé dimanche sa « douleur » concernant la découverte des restes de 215 enfants autochtones à l’issue de la traditionnelle prière dominicale de l’Angélus sur la place Saint-Pierre.

Le pape François a exprimé dimanche sa « douleur » concernant la découverte des restes de 215 enfants autochtones sur le site d’un ex-pensionnat géré par l’Église catholique, sans aller jusqu’à s’excuser malgré de multiples appels en ce sens.

« Je suis avec douleur les nouvelles arrivant du Canada à propos de la découverte choquante des restes de 215 enfants » à Kamloops en Colombie-Britannique, a déclaré le pape à l’issue de la traditionnelle prière dominicale de l’Angélus sur la place Saint-Pierre.

Justin Trudeau avait déploré vendredi le refus du pape et de l’Église catholique de reconnaître leur « responsabilité » et leur « part de culpabilité » dans la gestion des pensionnats autochtones.

Il avait appelé les catholiques à parler avec leurs prêtres et évêques pour faire « passer le message qu’il est temps que l’Église catholique reconnaisse sa responsabilité, sa part de culpabilité et, surtout, qu’[elle] soit là pour qu’on connaisse la vérité » .

Dimanche, le pape a déclaré : « Je m’unis aux évêques canadiens et à toute l’Église catholique au Canada pour exprimer ma solidarité au peuple canadien traumatisé par cette nouvelle choquante. »

« La triste découverte augmente ultérieurement la conscience des douleurs et des souffrances du passé. Que les autorités politiques et religieuses du Canada continuent à collaborer avec détermination pour faire la lumière sur cette triste affaire et s’engagent humblement sur un chemin de réconciliation et de guérison », a-t-il poursuivi.

« Ces moments difficiles représentent un fort rappel pour nous tous à nous éloigner du modèle colonisateur et aussi des colonisations idéologiques d’aujourd’hui, et à marcher côte à côte dans le dialogue, le respect réciproque et la reconnaissance des droits et des valeurs culturelles de tous les fils et filles du Canada » , a-t-il dit, avant d’appeler les pèlerins présents place Saint-Pierre à une prière silencieuse pour les victimes et leurs familles.

Les appels de groupes autochtones à des excuses du pape se sont multipliés ces derniers jours après la localisation des dépouilles d’écoliers la semaine dernière dans l’ancien pensionnat de Kamloops, dirigé par l’Église catholique de 1890 à 1969.

 

Le pape François a rencontré samedi deux cardinaux canadiens occupant des fonctions importantes au Vatican.

La Conférence des évêques catholiques du Canada avait estimé lundi dernier que la découverte des dépouilles était « bouleversante » et fait part de sa « profonde tristesse ».

À voir en vidéo