Denis Coderre renonce à interdire l’alcool le soir dans les parcs

Denis Coderre a dit comprendre que les Montréalais n’aient pas envie de restrictions supplémentaires après s’être pliés aux règles sanitaires pendant plus d’un an.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Denis Coderre a dit comprendre que les Montréalais n’aient pas envie de restrictions supplémentaires après s’être pliés aux règles sanitaires pendant plus d’un an.

Denis Coderre renonce à son idée d’interdire la consommation d’alcool dans les parcs montréalais après 20 h. Après avoir discuté du sujet avec les membres de son caucus, le candidat à la mairie de Montréal estime maintenant que le règlement actuel permettant l’alcool dans les parcs si un repas l’accompagne est suffisant.

« Moi, ce qui m’importe, ce n’est la question des heures par rapport aux parcs, c’est la question de la sécurité. […] Il n’est pas question d’être un briseux de partys », a-t-il expliqué vendredi en évoquant les débordements et les événements violents survenus dans la dernière semaine au centre-ville.

Denis Coderre a suggéré que les policiers n’avaient peut-être pas les outils nécessaires pour faire appliquer les règlements sur la consommation d’alcool dans les parcs. « Pour les familles, il n’y en a pas de problème. Mais après 10 h le soir, ou après 11 h le soir, il y a des réalités. Donc, est-ce que les policiers ont les mains liées ? Est-ce qu’on leur donne les outils nécessaires pour pouvoir prévenir les débordements ? »

Il a dit comprendre que les Montréalais n’aient pas envie de restrictions supplémentaires après s’être pliés aux règles sanitaires pendant plus d’un an. Il a cependant reproché à l’administration Plante son inaction par rapport aux questions de sécurité.

Mercredi, Denis Coderre avait évoqué l’idée d’interdire la consommation d’alcool dans les parcs après 20 h, comme l’a décrété Régis Labeaume à Québec. « Prendre un coup après 8 h le soir, je ne vois pas la pertinence », avait-il dit.

Bruyante manifestation

La mairesse Valérie Plante, qui participait vendredi à l’inauguration de la nouvelle Plaza Saint-Hubert, compte pour sa part se fier au bon jugement des citoyens concernant le civisme dans les parcs. « Depuis le début, je fais confiance aux Montréalais et aux Montréalaises. On l’a traversée ensemble cette pandémie-là. On a fait des sacrifices. On a été conciliants. On a écouté les règles. Ils ont besoin de prendre l’air », a-t-elle commenté tout en demandant aux citoyens de continuer à respecter les règles sanitaires.

La mairesse a d’ailleurs eu droit à une manifestation bruyante des ingénieurs de la Ville pendant l’inauguration de la Plaza Saint-Hubert. Affiliés au Syndicat professionnel des scientifiques à pratique exclusive de Montréal, ceux-ci sont sans contrat de travail depuis plus de trois ans et ont déclenché une grève illimitée. « Vous comprendrez que ce n’est pas moi qui vais régler ça devant vous de cette manière », a-t-elle dit avant le début de la cérémonie.

« Ils font valoir leurs revendications. Ça fait partie des droits qui sont liés à leurs fonctions. Je respecte ça », a-t-elle commenté plus tard. « J’ai espoir qu’on va trouver un terrain d’entente parce qu’on l’a fait auparavant avec les autres syndicats. »

Est-ce que les policiers ont les mains liées ?

 

La marina de Lachine

Denis Coderre a présenté vendredi matin de nouveaux candidats en prévision des élections de novembre. C’est la conseillère Julie-Pascale Provost qui briguera la mairie de Lachine. Élue en 2017 sous la bannière de Projet Montréal, Mme Provost avait été exclue du caucus en octobre dernier après qu’elle eut critiqué le manque de transparence de l’administration Plante dans le dossier de la marina de Lachine. Elle siégeait comme indépendante depuis ces événements.

Josée Côté, qui était présidente et porte-parole de l’Association des plaisanciers du port de plaisance de Lachine, sera pour sa part candidate comme conseillère dans l’arrondissement de Lachine.

La marina de Lachine sera d’ailleurs un enjeu électoral dans cet arrondissement puisque Denis Coderre entend proposer un projet « hybride » de port de plaisance. Rappelons que l’administration Plante a décidé, l’an dernier, de mettre fin aux activités de la marina pour transformer le site en parc riverain. « On a un projet hybride extraordinaire. On n’a pas besoin de tout scrapper le dossier », a expliqué M. Coderre. « On est capables de faire un réel projet vert où on n’a pas besoin de mettre dehors des gens qui contribuent tant à l’économie. »

Issue du domaine de la construction et directrice générale de l’Association d’isolation du Québec, Lyne Laperrière sera candidate à la mairie de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. De son côté, Vincent Girard briguera un poste de conseiller dans le district de Pointe-aux-Prairies. Finalement, Mourad Romdhane, propriétaire du bistro L’Enchanteur, tentera de se faire élire comme conseiller dans le district Villeray.

À voir en vidéo