Lancement canadien de ses mémoires - Bill Clinton fait un tabac à Toronto

Avant la séance de signature de Bill Clinton, un policier et son chien ont pris la peine d’inspecter la pile de livres racontant la vie de l’ex-président.
Photo: Agence Reuters Avant la séance de signature de Bill Clinton, un policier et son chien ont pris la peine d’inspecter la pile de livres racontant la vie de l’ex-président.

Toronto — Quelques chasseuses d'autographes souhaitaient aussi se retrouver dans les bras de Bill Clinton — ce qu'elles ont réussi — après avoir fait la file devant une librairie de Toronto hier en serrant contre elles des exemplaires des mémoires de l'ancien président.

Un Bill Clinton souriant et affable a serré des mains en disant quelques mots à chaque personne, homme ou femme, alors qu'il signait rapidement les livres.

Valerie Lema, une étudiante de 21 ans, a affirmé qu'elle avait embrassé M. Clinton sur la joue parce qu'il est hot. «J'étais trop nerveuse, mon coeur s'est arrêté», a dit Mme Lema, qui s'est tout simplement avancée vers le président en disant «bonjour», pour ensuite lui demander si elle pouvait l'embrasser. «Sa réaction a été de sourire», a-t-elle indiqué.

Mme Lema, qui est arrivée pour faire la file à 23h mercredi, a raconté que sa seule autre expérience semblable remontait à il y a quatre ans, alors qu'elle avait attendu pendant une nuit devant un guichet pour acheter des billets des Backstreet Boys.

Sécurité

Bill Clinton est arrivé au magasin Indigo entouré d'une importante équipe d'agents de sécurité et la foule l'a accueilli avec une réaction de la magnitude de celles réservées aux plus grandes vedettes.

Environ 2000 personnes s'étaient massées dans les rues et autour du magasin même si seulement 1000 personnes étaient autorisées à rencontrer M. Clinton.

Après avoir signé des livres pendant deux heures dans le magasin, l'ancien président est sorti à l'extérieur et, pendant 45 minutes, il a continué à autographier les livres des gens qui attendaient toujours. Désespérant d'obtenir une signature, la foule s'est écrasée contre les barrières de sécurité, et des livres étaient brandis à M. Clinton. Certains criaient «Je vous aime», alors que d'autres lançaient des «Par ici, M. le président».

Avant d'aller prendre un bain de foule, Bill Clinton avait affirmé aux journalistes qu'il était impressionné par la diversité culturelle des personnes venues le rencontrer et a exprimé son affection pour Toronto et pour le

anada.

«J'ai apprécié de voir plusieurs jeunes ainsi que des personnes venues d'un peu partout dans le monde», a dit M. Clinton. L'ancien président s'est même rappelé une jeune femme qui se trouvait dans la foule hier et qui s'était rendue la semaine dernière dans l'État de l'Arkansas — dont il est originaire — afin d'assister à une autre séance de signatures de livre. «C'est tout simplement incroyable», a-t-il dit.

Même si elle a été accueillie plutôt tièdement, l'autobiographie Ma vie, de Bill Clinton, continue de trôner en tête de liste des meilleurs vendeurs dans les librairies. Selon ce qui a été rapporté, M. Clinton aurait reçu 10 millions de dollars pour écrire ce livre de 957 pages.