Michel Brûlé meurt dans un accident de vélo au Brésil

Michel Brûlé en 2014
Photo: Michael Monnier Archives Le Devoir Michel Brûlé en 2014

L’éditeur Michel Brûlé, reconnu coupable d’agression sexuelle en octobre dernier et en attente de sa sentence, est décédé au Brésil dans un accident de vélo lundi, selon son avocat.

L’avocat de M. Brûlé, Me Charles Brochu, a confirmé la nouvelle au Devoir lundi soir. Il a indiqué avoir parlé à la mère de Michel Brûlé, qui lui a annoncé la nouvelle. Selon les informations qu’il a obtenues, l’éditeur roulait sur une pente abrupte et il aurait dévié de sa route et heurté un panneau avant de frapper un arbre.

Les événements seraient survenus lundi après-midi entre Buenos Aires et Guarapari, selon le journal brésilien Tempo Real. Le journal mentionne que M. Brûlé connaissait la région, car il y résidait depuis le mois de décembre et logeait à l’auberge tenue par son frère.

En octobre dernier, le fondateur de la maison d’édition Les Intouchables avait été reconnu coupable d’agression sexuelle survenue en 2014 à l’endroit d’une femme venue à sa résidence pour lui présenter un manuscrit. Il avait alors tenté d’embrasser sa victime avant de lui faire des attouchements aux parties intimes.

Absent à l’audience

Il était en attente de sa sentence. La semaine dernière, il était toutefois absent pour les observations sur la peine alors qu’il se trouvait encore au Brésil. Me Brochu soutient que son client n’a jamais voulu s’esquiver, expliquant que, si M. Brûlé était absent, c’est qu’il lui avait donné des codes incorrects qui ne lui ont pas permis de participer à l’audience virtuelle.

Michel Brûlé a fait l’objet d’un mandat d’arrestation dont l’exécution a été suspendue.

L’homme de 56 ans avait par ailleurs porté le verdict en appel avant de se rendre au Brésil malgré la pandémie.

Éditeur à succès, Michel Brûlé avait brigué la mairie de Montréal en 2013. Il avait recueilli un peu plus de 6800 voix lors de ce scrutin. Puis, à l’automne 2017, il avait été candidat à la mairie du Plateau-Mont-Royal. Il avait toutefois dû abandonner la course quand des allégations d’agression sexuelle avaient commencé à circuler. À l’époque, il avait nié avoir eu des comportements déplacés. « Je ne suis pas un agresseur », avait-il déclaré.

En 2018, une enquête du Service de police de la Ville de Québec avait finalement conduit au dépôt d’un chef d’accusation pour agression sexuelle. Cette accusation est survenue après que des allégations d’inconduites sexuelles eurent été formulées par sept anciennes employées dans la foulée du mouvement de dénonciation #MoiAussi.

À voir en vidéo