En cas de prolongation du mandat - L'armée canadienne entreposera du matériel militaire en Afghanistan

Kaboul — Plutôt que de les ramener au Canada, l'armée canadienne entreposera en Afghanistan certains équipements militaires inutilisés, pour le cas où Ottawa déciderait de prolonger ou de modifier sa mission de rétablissement de la paix en Afghanistan.

Des experts en logistique et en génie technique se trouvent présentement à Kaboul, où ils s'apprêtent à réduire la taille des installations canadiennes pour tenir compte des nouveaux effectifs canadiens de 700 militaires, au lieu de 2000.

Ils prévoient commencer à transporter les jeeps, blindés et autres équipements en surplus à compter du 1er octobre à bord d'avions de transport russes loués, avec escale à Istanbul, où le matériel sera lavé et chargé à bord d'un bateau à destination de Montréal.

Certains équipements demeureront toutefois dans la capitale afghane, en attendant qu'Ottawa décide de ce qu'il fera quand la mission actuelle du Canada en Afghanistan aura pris fin, en août prochain, a déclaré le responsable de l'équipe de spécialistes, le lieutenant-colonel Richard Boivin.

Reconstruction en région

On estime généralement que le Canada prolongera, sinon accroîtra son engagement avec l'OTAN en Afghanistan au-delà de 2005. Cet engagement prendrait la forme d'équipes provinciales de reconstruction, qui seraient déployées dans de petites villes afghanes.

Sans préciser quel matériel a été mis de côté, le lieutenant-colonel Boivin, qui est originaire de Jonquière, a souligné qu'une partie de cet équipement est destiné spécifiquement aux missions de reconstruction en régions. «Bien que ces missions n'aient pas encore été approuvées, nous faisons des plans au cas où elles le seraient, alors le matériel sera prêt. Sinon, il sera renvoyé au Canada l'an prochain», a-t-il dit. Cela permettra d'économiser de l'argent sur les allers et retours du matériel, a-t-il ajouté.

La flotte de jeeps Iltis canadiens, qui ont été remplacés par des blindés Mercedes, restera à Kaboul, où ces véhicules, vieux de 19 ans, seront remis aux autorités afghanes.

En plus de préparer l'équipement en vue de son retour et de son utilisation ultérieure à Montréal, et de coordonner ce retour avec la période de transition de la mission, l'équipe spéciale est chargée de démanteler l'annexe canadienne de Camp Warehouse, qui hébergeait ce qui était jusqu'à récemment la brigade multinationale de Kaboul, dirigée par des Canadiens.

Des militaires français et allemands emménageront dans cette zone, tandis que le Canada conservera sa base principale de Camp Julien, qui héberge actuellement des Canadiens, mais aussi des Américains, des Allemands, des Norvégiens, des Hongrois et des Belges.