Incendies à Montréal - La police met de l'eau sur le feu

Le nombre élevé d'incendies criminels allumés dans les derniers jours à Montréal n'inquiète pas le Service de police de la Ville, qui affirme qu'il n'y a pas lieu de crier au pyromane en cavale.

«Il y a entre 800 et 1000 incendies par année à Montréal, indique Lynne Labelle, du Service des relations médias de la police. Depuis deux semaines, nous avons eu 19 incendies, ce qui est tout à fait dans la normale. Et on est certains qu'il y en a au moins trois là-dedans qui n'ont aucun lien avec les autres. Ce n'est donc pas vraiment préoccupant.»

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne s'occupe que des enquêtes des cas d'incendies présumés criminels. En ce qui concerne les 16 incendies qui restent à élucider, Lynne Labelle dit que la police en est encore à collecter les renseignements pour tâcher de déterminer lesquels sont liés. La plupart ont été allumés dans des tas d'ordures.

«On est certains qu'il y a un effet d'entraînement, avec toute cette couverture médiatique», dit Lynne Labelle. Hier, trois des quatre grands quotidiens de Montréal consacraient leur une au sujet. «Dans un des journaux, relate Mme Labelle, on avait une photo d'un incendie dont on sait aujourd'hui qu'il a été allumé par un enfant de quatre ans. Il faut faire attention.»

La police a tout de même décidé d'augmenter le nombre de ses patrouilles à pied et à vélo, dans les secteurs de Centre-Sud et du Plateau Mont-Royal.