Défilé de la fierté gaie - Une ambiance festive et survoltée

Le traditionnel défilé de la fierté gaie, qui s’est déroulée hier, était l’occasion idéale d’exhiber son amour en public, comme le font ces deux jeunes filles. Mais pour beaucoup, il s’agissait aussi de faire passer un message. Les affiche
Photo: Le traditionnel défilé de la fierté gaie, qui s’est déroulée hier, était l’occasion idéale d’exhiber son amour en public, comme le font ces deux jeunes filles. Mais pour beaucoup, il s’agissait aussi de faire passer un message. Les affiche

C'est sous un soleil radieux que des dizaines de milliers de promeneurs ont déferlé dans les rues de Montréal pour l'édition 2004 du traditionnel défilé de la fierté gaie, sous le regard attentif de plusieurs milliers de curieux massés aux abords du cortège. Le soleil était au rendez-vous, comme c'est le cas presque chaque année, propageant ainsi de chauds rayons sur une parade déjà réchauffée par une ambiance festive et survoltée.

«C'est un défilé important pour Montréal et c'est un défilé qui est important pour la communauté», a déclaré le maire de Montréal, Gérald Tremblay, avant de couper le ruban annonçant le départ du cortège, à l'angle des rues Guy et René-Lévesque.

Refusant de s'avancer sur le nombre de participants, la présidente du festival Divers/Cité, Suzanne Girard, a déploré que le défilé ne soit pas télédiffusé cette année. «J'espère que les gens vont venir quand même en grand nombre», a-t-elle souligné avant de prendre la tête du cortège.

Au premier plan, on retrouvait l'Association des mères lesbiennes, avec quelques enfants, ainsi que des pères gais. Mais dans ce groupe, on pouvait apercevoir des couples homosexuels, nouvellement mariés. Un choix pas du tout inconscient. «Les couples mariés avaient formulé cette année le voeu d'être associés aux familles, a expliqué Suzanne Girard. C'est le signe d'une redéfinition de la famille.»

Nouveaux mariés

Applaudis chaleureusement par la foule, Michael Hendricks et René Leboeuf, mariés depuis le 1er avril 2004, étaient tout sourire. «Les gens nous disent dans la foule qu'on a fait la bonne chose, a souligné René Leboeuf. On est légalement reconnus après cinq ans et demi de lutte.»

Les deux hommes ont été les précurseurs de la lutte pour le mariage gai et les premiers à se marier légalement au Québec. Bien que l'union civile permette à des couples homosexuels d'unir leur destinée depuis 2002, ce n'est qu'en mars 2004 que le mariage proprement dit entre deux personnes de même sexe au Québec est devenu légal.

«L'année dernière, on était ici et on était deux délinquants, qui faisaient des histoires. Cette année, on est une unité familiale reconnue selon la Constitution canadienne et par toutes les lois du Québec», a ajouté

M. Hendricks, fier de se retrouver entouré de parents et d'enfants.

La musique à tue-tête, dansant et chantant, des groupes de jeunes étaient aussi de la fête pour rappeler qu'il n'est pas toujours facile d'afficher son homosexualité lorsqu'on est adolescent. «Il y a une tolérance, mais l'acceptation c'est différent, quand ça arrive à leurs propres enfants, ça passe moins. Il y a encore des jeunes qui se font mettre à la porte parce que les parents n'acceptent pas», a souligné Marie-Ève Mongeau, du regroupement jeunesse REJA.

Outre les organisations communautaires, danseurs, joueurs de tam-tam, drag queens, femmes aux seins nus et autres, plusieurs personnalités publiques ont paradé sur des voitures décapotables, dont les animateurs Richard Martineau et Sophie Durocher, le chef de l'opposition à la Ville de Montréal, Pierre Bourque, le député bloquiste Réal Ménard, plusieurs commissaires de la Commission scolaire de Montréal, la ministre des Relations avec les citoyens et de l'Immigration, Michelle Courchesne, de même que plusieurs membres de la dernière cohorte de Star Académie.

Un élément fort du défilé a été le traditionnel moment de silence. «C'était fantastique. On a senti l'unité de tout Montréal. Même les gens sur le bord de la route ont arrêté de parler», a raconté la présidente du festival. Les sept jours d'activités du festival Divers/Cité se sont terminés hier soir par des concerts en plein air sur les quatre scènes aménagées pour l'occasion.

Par ailleurs, en marge des festivités de la fierté gaie, le premier Salon du mariage gai et lesbien de Montréal s'est tenu aussi en fin de semaine au centre Saint-Pierre, rue Panet.