cache information close 

Exportations des produits agricoles - L'OMC adopte un accord

Genève — Les négociateurs des 147 pays membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ont adopté samedi soir, par consensus, un accord visant notamment à réduire les subventions à l'exportation des produits agricoles ainsi que les barrières à l'importation, ouvrant la voie à un accord plus global — et contraignant — qui devra être négocié à partir de septembre.

Les produits agricoles représentaient le principal point de blocage. «Les pays développés ont reconnu qu'un commerce agricole accompagné de fortes subventions n'est pas un commerce libre», a déclaré le ministre indien du Commerce, Kamal Nath. Pour le représentant de ce poids lourd du tiers-monde, les États-Unis, l'Union européenne et certains autres pays développés bénéficieront aussi de la réduction des subventions à l'exportation, qui grèvent leurs budgets nationaux.

Représentant l'un des pays développés exportateurs, le ministre canadien du Commerce, Jim Peterson, a qualifié l'accord «d'incroyablement important pour le Canada et pour le monde.Nous avons une occasion historique de nous débarrasser des subventions agricoles et de nous ouvrir au monde, en particulier au monde en développement», a-t-il affirmé.

Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim, a parlé d'un «bon accord pour tout le monde. C'est un bon accord pour la libéralisation du commerce. C'est aussi un bon accord pour la justice sociale, avec l'élimination des subventions», a-t-il estimé.

Nouveau compromis

L'accord adopté par les 147 États membres a été préparé et obtenu un peu plus tôt dans la journée par un groupe de 20 pays représentant l'éventail de toutes les positions.

Ce nouveau compromis établit les bases d'un traité commercial à grande échelle, visant à supprimer les subventions et les tarifs douaniers à l'importation. Les négociateurs espèrent que de telles mesures donneront un coup de fouet à l'économie internationale.

Le principal point de friction concernait une série de produits agricoles «sensibles» pour lesquels un groupe de dix pays, dont le Japon et la Suisse, voulait maintenir des tarifs douaniers à l'importation élevés afin de protéger leurs agriculteurs.

L'agriculture n'est toutefois pas la seule activité concernée par l'accord conclu samedi. Celui-ci prévoit aussi des réductions des droits à l'importation et des aides à l'exportation pour deux autres secteurs majeurs de l'économie mondiale: les produits industriels et les services industriels tels que banques et télécommunications.

L'accord permet de relancer le cycle de négociations ouvert à Doha (Qatar) fin 2001 et pratiquement stoppé après l'échec de la réunion ministérielle de l'OMC à Cancún, fin 2003.