L’aînée de la famille Echaquan Dubé a reçu des menaces

Marie Wasianna Echaquan Dubé, l'aînée de la famille, se trouvé à droite de son père et de son frère. La famille trouve «inacceptable que des propos violents et discriminatoires ou encore des comportements haineux viennent dévier les objectifs de vérité et de réconciliation au cœur des procédures».
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Marie Wasianna Echaquan Dubé, l'aînée de la famille, se trouvé à droite de son père et de son frère. La famille trouve «inacceptable que des propos violents et discriminatoires ou encore des comportements haineux viennent dévier les objectifs de vérité et de réconciliation au cœur des procédures».

L’aînée de la famille Echaquan Dubé a été victime de menaces lors d’une sortie vendredi après-midi à Trois-Rivières, là où se tient actuellement l’enquête publique du coroner sur la mort de Joyce Echaquan, a rapporté le Conseil de la Nation Atikamekw (CNA).

La Direction de la police de Trois-Rivières (DPTR) a confirmé avoir reçu une plainte de harcèlement à la suite de l’évènement.

« Un individu aurait tenu des propos harcelants à l’endroit de la victime, mentionne dans un communiqué la DPTR. Les patrouilleurs ont rapidement rencontré celle-ci afin de rédiger la plainte et récupérer des informations qui pourraient permettre d’identifier le suspect ayant tenu les propos. »

Pour le moment, la police n’a procédé à aucune arrestation et poursuit son enquête. Elle invite toute personne voulant partager de l’information à communiquer avec elle.

« Devant cet évènement inacceptable, la famille serre les rangs et continue d’avancer la tête haute », a déclaré dans un communiqué le CNA.

La famille trouve « inacceptable que des propos violents et discriminatoires ou encore des comportements haineux viennent dévier les objectifs de vérité et de réconciliation au cœur des procédures ».

Elle lance un appel « au calme et à la sérénité afin que la vérité puisse prendre sa place au grand jour », peut-on lire dans la déclaration du CNA. La famille souligne par ailleurs qu’elle se sent respectée par les gens de la ville depuis le début des procédures. À l’instar de la police, elle ne croit pas que ces propos reflètent le sentiment de l’ensemble des citoyens de Trois-Rivières.

Le CNA expose que la famille n’a reçu aucune protection des forces de l’ordre lors de sa présence au palais de justice, contrairement à d’autres témoins entendus durant les audiences.

« Suite à cet incident, une sécurité accrue pourrait être demandée lorsque les audiences de l’enquête publique reprendront mardi », mentionne-t-il.

L’enquête du coroner, présidée par Géhane Kamel, vise à faire la lumière sur les causes et circonstances du décès de Joyce Echaquan à l’Hôpital de Joliette le 28 septembre dernier.

La mère de famille de la communauté atikamekw de Manawan, âgée de 37 ans, a subi des insultes dégradantes de la part de deux employées. Peu avant son décès, elle s’était filmée de son lit d’hôpital alors que l’on entend parler une infirmière et une préposée aux bénéficiaires.

Cette vidéo a largement circulé dans les médias sociaux et a déclenché une onde de choc et d’indignation.

À voir en vidéo