Famille Bonnano - Le dernier parrain new-yorkais condamné pour sept meurtres

New York — Joseph «Big Joey» Massino, considéré comme le dernier «parrain» new-yorkais, a été déclaré hier coupable des sept meurtres pour lesquels il comparaissait depuis le 25 mai devant un tribunal fédéral de Brooklyn, à New York.

Le verdict a été prononcé après cinq jours de délibérations.

Massino, 61 ans, patron du clan Bonnano, l'une des cinq «familles» du crime de New York, a été reconnu notamment coupable de «sept assassinats et extorsion de fonds et fait face à la prison à perpétuité», a indiqué la juge fédérale Roslynn Mauskopf dans un communiqué.

Ce verdict «est un pas important dans notre effort constant d'éliminer le crime organisé à New York» et met fin à la carrière criminelle «d'un homme qui a régné sur la famille Bonnano durant une des périodes les plus sanglantes de la mafia ces trois dernières décennies», a-t-elle ajouté.

La sentence sera rendue ultérieurement, à une date qui n'a pas été précisée.

Le principal témoin à charge dans le procès a été Sal Vitale, 56 ans, ami d'enfance et beau-frère de l'accusé, repenti, qui a fait tomber le «boss» après avoir décidé de collaborer avec le FBI.

Vitale et Massino ont gravi ensemble les échelons du clan Bonanno et Massino a été le témoin de mariage et le parrain de l'un des enfants de Vitale. Leur relation s'est détériorée dans les années 1990, lorsque Vitale a été plus ou moins mis à l'écart par Massino dans un contexte de rivalités internes au sein de la famille Bonanno. Cinq autres repentis ont témoigné, mais Vitale est considéré comme le plus important informateur sur la mafia new-yorkaise depuis une décennie.

Deux des meurtres dont Massino, surnommé le «dernier Don» par la police, s'est rendu coupable ont pour origine l'infiltration du clan Bonanno par un agent secret du FBI, Joseph Pistone, alias «Donnie Brasco», un épisode raconté dans le film du même nom avec Johnny Depp et Al Pacino.