30 juillet 1917 - M. BORDEN EST LA CAUSE DE TOUT LE MAL

Saint-Martin, 29 - Une assemblée anticonscriptionniste a eu lieu ici, après la grand'messe, hier, sous la présidence de M. Louis Cléroux, maire du village. Deux orateurs y ont porté la parole : MM. E. Mongeau et P. Villeneuve.

Le premier orateur, M. Mongeau, accuse le gouvernement Borden d'être la cause de tout le mal [...]. S'adressant plus particulièrement aux cultivateurs, l'orateur leur demande d'aider les gens de la ville, lorsqu'ils déclareront la grève générale : "Fournissez-leur les produits de la ferme, afin que la résistance soit efficace".

M. Villeneuve conseille à ses auditeurs de lire le "Devoir", dont le directeur, M. Bourassa, est un anticonscriptionniste depuis longtemps.

L'orateur se déclare une fois de plus opposé à la conscription et énumère les meilleurs moyens pour s'y opposer, qui se résument à la grève générale, et à la résistance par l'inertie.

M. Villeneuve ne veut pas que le Canada participe aux guerres de l'Empire "[...] Avant d'aller là-bas, comme plusieurs l'ont dit, restons donc ici, aidons nos compatriotes de l'Ontario qui sont en butte à toutes les persécutions, persécutions qui ressemblent à s'y méprendre au prusianisme qu'on veut nous faire combattre là-bas".