Quoi retenir de la fin de semaine?

  • Escalade dans le conflit israélo-palestinien

    Escalade dans le conflit israélo-palestinien

    Une manifestation en soutien à Israël a tourné à l’affrontement dimanche après-midi dans le centre-ville de Montréal, où les forces antiémeutes ont été déployées, usant notamment de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants des deux camps. Entre-temps, de l’autre côté de l’Atlantique, dimanche a été la journée la plus sanglante dans la bande de Gaza depuis la reprise des hostilités entre le Hamas et Israël le 10 mai. Les bombardements de l’État hébreu ont tué 42 Palestiniens, dont au moins 8 enfants

    Si elle avait suscité de grands espoirs, la réunion en urgence du Conseil de sécurité de l’ONU n’a toutefois rien donné, les États-Unis bloquant l’idée d’une déclaration commune. «Le carnage a continué aujourd’hui. Ce cycle insensé d’effusion de sang, de terreur et de destruction doit cesser immédiatement», a d’ailleurs déclaré le secrétaire général des Nations unies, António Guterres.

    Samedi, c’était plutôt en soutien aux Palestiniens qu’une marche avait été organisée dans les rues de Montréal. Elle a réuni plusieurs milliers de personnes venues réclamer la fin des violences et de l’occupation de territoires palestiniens. Des manifestations semblables ont eu lieu aux quatre coins de l’Europe ainsi qu’aux États-Unis. 

  • Conseil national de QS

    Conseil national de QS

    Lors de la prochaine campagne électorale provinciale, ce ne sera non plus Manon Massé qui briguera le poste de premier ministre pour Québec solidaire, mais plutôt Gabriel Nadeau-Dubois. La députée se présentera de nouveau dans son fief de Sainte-Marie–Saint-Jacques, mais laissera le rôle de chef parlementaire à son co-porte-parole à la rentrée parlementaire. C’est ce qu’elle a annoncé dimanche à la fin du conseil national de Québec solidaire, qui avait lieu virtuellement toute la fin de semaine.

    «Quand on a moins d’années devant que derrière, on veut que chaque jour compte», a déclaré la politicienne âgée de 57 ans dans son discours de clôture, soulignant «la charge mentale de toutes les responsabilités parlementaires».

    Son annonce a d’ailleurs mis fin à un conseil national mouvementé. La veille, le Collectif antiraciste décolonial de QS a perdu sa bataille lorsqu’une motion de blâme a été adoptée contre lui, à huis clos, par les quelque 200 délégués. Le collectif, qui a multiplié les déclarations controversées au cours des derniers mois, devra donc changer ses méthodes, sans quoi il pourrait être dissous.

    La journée de samedi a également été l’occasion pour les délégués d’adopter les vingt axes autour desquels s’articulera le programme électoral de Québec solidaire en 2022, avec «déjà une certitude qui émerge, c’est que la colonne vertébrale de la prochaine campagne de Québec solidaire, ce sera l’environnement», a déclaré Gabriel Nadeau-Dubois.

  • Une situation sanitaire stable au Québec

    Une situation sanitaire stable au Québec

    Les jours se suivent et se ressemblent au Québec, où la situation sanitaire demeure stable. Les autorités ont signalé dimanche 716 nouveaux cas de COVID-19 et 760 samedi. Dix décès se sont aussi ajoutés au bilan de la fin de semaine, mais le nombre de patients hospitalisés à cause de la maladie a continué de baisser, passant de 530 vendredi à 508 dimanche.

    Au chapitre des bonnes nouvelles, la campagne de vaccination roule toujours à plein régime, et plus de 4,23 millions de Québécois ont reçu une première dose du vaccin. «Continuons comme ça, nous remporterons la bataille ensemble», a indiqué le ministre de la Santé, Christian Dubé, sur son compte Twitter dimanche.

  • Des manifestations pour l’immigration

    Des manifestations pour l’immigration

    Un rassemblement a eu lieu dimanche à Montréal pour réclamer un élargissement du nouveau programme d’accès à la résidence permanente entré en vigueur le 6 mai dernier. Drapeaux et pancartes à la main, les manifestants ont demandé l’inclusion de tous les immigrants dans ce programme. Actuellement, les demandeurs d’asile et certains travailleurs étrangers temporaires ne sont pas inclus: ce sont plutôt 90 000 travailleurs essentiels et étudiants étrangers diplômés qui devraient en bénéficier.

    Dans le même ordre d’idées, la veille, plus d’une centaine de personnes ont manifesté au centre-ville pour dénoncer la lenteur du traitement des demandes de résidence permanente des travailleurs étrangers établis au Québec, qui place nombre d’entre eux dans une situation précaire en plus de fragmenter des familles.

    L’événement, organisé par plusieurs groupes communautaires, s’est déroulé devant les bureaux d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC). De nombreux manifestants brandissaient des affiches pour déplorer un délai de traitement qui atteint souvent plus de deux ans pour l’obtention d’une résidence permanente au Québec. Ailleurs au Canada, le délai pour obtenir celle-ci est d’environ six mois, et c’est pourquoi certains songent à changer de province.