Les camps de vacances pourront accueillir les jeunes campeurs cet été

Un protocole complet sera dévoilé prochainement par les autorités sanitaires pour assurer la sécurité de tous en cette période de pandémie
Photo: Archives Le Devoir Un protocole complet sera dévoilé prochainement par les autorités sanitaires pour assurer la sécurité de tous en cette période de pandémie

Les camps de vacances pourront être ouverts cet été et accueillir de petits campeurs un peu partout au Québec.

L’Association des camps du Québec (ACQ) dit avoir appris jeudi soir que les camps de vacances, ceux avec hébergement où les enfants passent la nuit, ont obtenu le feu vert de la santé publique pour l’été 2021. « Il y a beaucoup de joie. Il y a des camps qui sont très contents, car ils attendaient avec impatience de pouvoir annoncer à leur clientèle qu’ils allaient se lancer dans les opérations », a lancé avec enthousiasme Éric Beauchemin, le directeur général de l’ACQ.

Un protocole complet sera dévoilé prochainement par les autorités sanitaires pour assurer la sécurité de tous en cette période de pandémie.

Il sera appliqué dans tous les camps qui prendront la décision d’ouvrir leurs portes pour la saison estivale 2021. Car ils ne seront pas tous en mesure d’accueillir des enfants cet été : l’ACQ avait indiqué cette semaine que certains, environ le tiers, avaient probablement déjà abandonné la partie. Pour eux, il était trop tard pour tout organiser à temps pour la fin du mois de juin.

Quant aux camps de jour, ils avaient déjà été autorisés.

Protocole sanitaire

Selon les scénarios discutés, mais non encore finalisés, plusieurs mesures seront mises en place : un test négatif préalable à l’arrivée au camp sera demandé pour le campeur et un autre test rapide sera effectué quelques jours plus tard. Il y aura une forme d’isolement du jeune avant son arrivée dans la nature, a précisé M. Beauchemin. Une espèce de « contrat moral » sera conclu avec les parents pour que leur jeune ne prenne pas part à de grands rassemblements avant le début du camp.

« Une série de mesures, de maillons, sera mise place pour que l’on ait un filet de sécurité omniprésent tout au long du parcours du participant afin de minimiser le risque à la COVID-19 », a déclaré le directeur général.

Jeudi, Québec a ajouté les moniteurs des camps de jour et de vacances à la liste des travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion, leur permettant d’être vaccinés contre la COVID-19 plus rapidement. Ils peuvent réserver une plage horaire dès ce vendredi, et cela, même pour les moins de 18 ans. Ces derniers doivent toutefois prendre rendez-vous dans un centre de vaccination de masse.

Quant aux campeurs de 12 à 17 ans, ils auront déjà reçu une dose de vaccin d’ici la fin juin, donc avant l’ouverture des camps, a aussi fait savoir jeudi le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Aide financière demandée

L’ACQ rappelle toutefois que les camps ont besoin d’une aide financière évaluée à 10 millions de dollars en raison notamment des dépenses accrues que forcent les protocoles sanitaires.

Sur cette somme, 4 millions seraient versés aux camps de jour, pour qu’ils fonctionnent « en respectant les mêmes mesures sanitaires que l’an dernier », en plus de leur permettre d’accueillir plus de jeunes et de rattraper la baisse d’achalandage de 37 % enregistrée en 2020. Il s’agit notamment d’acheter du matériel de protection, comme des couvre-visages, et parfois la location de locaux supplémentaires et de tentes pour maximiser les activités extérieures.

Ainsi, les 6 autres millions de dollars demandés permettraient aux camps de vacances de financer la mise en œuvre du protocole et leur offriraient un soutien en cas de fermeture temporaire pendant l’été. Pour les camps de vacances qui ne pourraient rouvrir malgré la levée du décret, l’aide financière servirait à éponger leurs coûts fixes afin de survivre à la crise, comme ce fut le cas en 2020.

La ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, a donné des signes encourageants cette semaine, souligne M. Beauchemin, signalant qu’elle s’est montrée favorable à une aide financière, toutefois non encore confirmée ni chiffrée.



À voir en vidéo