Chaudière-Appalaches sous haute tension

Une unité de 12 lits, destinée aux patients atteints de la COVID-19, a été ouverte à l’hôpital de Saint-Georges. Une première depuis le début de la pandémie.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Une unité de 12 lits, destinée aux patients atteints de la COVID-19, a été ouverte à l’hôpital de Saint-Georges. Une première depuis le début de la pandémie.

La troisième vague de COVID-19 frappe fort dans Chaudière-Appalaches. La région bat sans cesse des records. Le réseau local de services de la Beauce détient le pire taux de cas actifs dans la province, avec 630 cas par 100 000 habitants, selon l’Institut national de santé publique du Québec. Le nombre d’hospitalisations a doublé depuis une semaine.

« On ne peut pas dire que la situation s’améliore », observe la directrice régionale de santé publique de Chaudière-Appalaches, la Dre Liliana Romero. La région a enregistré 195 nouveaux cas mercredi. Le taux de positivité aux tests de dépistage atteint désormais 9 % dans la région. C’est le double de la semaine précédente. Pour freiner la propagation du virus, le gouvernement Legault a placé l’ensemble du territoire de Chaudière-Appalaches en zone rouge foncé jusqu’au 25 avril.

Le variant, qui représente la moitié des cas, gagne du terrain. Selon le dernier bilan de la Santé publique, 57 éclosions sont en cours dans des entreprises de la région et 27 dans des écoles et des milieux de garde. Les cas augmentent aussi en raison de rassemblements privés. « Des familles se sont réunies dans des cabanes à sucre, indique la Dre Liliana Romero. C’est comme une tradition régionale [à cette période-ci de l’année]. Ça n’a pas aidé. »

630
C’est le nombre de cas actifs par 100 000 habitants dans la région du réseau local de services de la Beauce

Le CHSLD privé conventionné Champlain-de-l’Assomption, situé à Saint-Georges, est également aux prises avec une importante éclosion. Jusqu’à présent, 39 usagers et 21 travailleurs ont été déclarés positifs à la COVID-19. Un résident est décédé, a indiqué mercredi le CISSS de Chaudière-Appalaches. Tous les usagers avaient pourtant été vaccinés le 7 janvier. Ils étaient en attente d’une deuxième dose.

« Le CHSLD demeure en discussion avec le CISSS pour être capable d’ouvrir un site non traditionnel [afin d’accueillir des résidents infectés] », dit Julie Grenier, porte-parole du Groupe Champlain, propriétaire de 13 CHSLD au Québec. « Ça pourrait donner plus d’air aux équipes. » La vingtaine d’employés infectés représentent 15 % du personnel. Le CISSS de Chaudière-Appalaches offre un soutien au CHSLD en matière de prévention et de contrôle des infections.

Une population essoufflée

Le maire de Saint-Georges, Claude Morin, n’en revient toujours pas de « cette montée fulgurante » des cas qu’il attribue aux variants. « Ça n’a pas d’allure, dit-il. C’est plus haut que la deuxième vague. » Selon lui, les citoyens « suivent les règles », même s’ils ont l’« écœurantite aiguë », comme le reste de la population québécoise.

Certains citoyens sont contre les mesures sanitaires, reconnaît toutefois le maire. Une manifestation d’opposants est d’ailleurs prévue samedi. « Ça ne sera pas la fête au village ! » assure Claude Morin, qui souligne être un ancien militaire. Des policiers de la Sûreté du Québec interviendront en cas de « bris », prévient-il.

Les corps policiers de la région gardent aussi un œil sur les commerces afin que les règles sanitaires y soient respectées, indique la Dre Liliana Romero. Trois entreprises du secteur industriel et de la construction de la Beauce ont récemment été fermées en raison du non-respect de celles-ci ou parce que la propagation devenait difficilement contrôlable. D’autres fermetures pourraient être décrétées, signale-t-elle. « Il y a différents dossiers en cours d’analyse », indique la Dre Liliana Romero.

Avec la hausse des infections, la Direction régionale de santé publique en a plein les bras. « On avait une capacité d’enquête et de repérage d’environ 150 cas par jour, dit la Dre Liliana Romero. Maintenant, on est rendus à 200 cas par jour. Nous avons déjà demandé le soutien des autres régions. » Des employés, venus prêter main-forte, sont en formation actuellement.

Les hôpitaux de la région sont aussi sous pression. Une unité de 12 lits, destinée aux patients atteints de la COVID-19, a été ouverte à l’hôpital de Saint-Georges. Une première depuis le début de la pandémie. Jusqu’à présent, l’Hôtel-Dieu de Lévis était le seul établissement désigné pour accueillir ces malades. Le CISSS de Chaudière-Appalaches dénombrait mercredi après-midi 26 hospitalisations, dont 9 aux soins intensifs.

« Le défi est les ressources humaines, dit la Dre Christine Drouin, cheffe du service des soins intensifs de l’Hôtel-Dieu de Lévis. Des lits sont fermés un peu partout dans l’hôpital. » Le délestage s’accélère, selon elle. « On n’a jamais repris certaines activités et là, on est en train de faire encore plus de coupes. »

À voir en vidéo