Meurtre de Jaël Cantin: Benoit Cardinal avait des blessures à la main

Jaël Cantin, 33 ans et mère de six enfants, est décédée d’un traumatisme à la tête causé par un objet contondant le 16 janvier 2020.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Jaël Cantin, 33 ans et mère de six enfants, est décédée d’un traumatisme à la tête causé par un objet contondant le 16 janvier 2020.

Le procès de Benoit Cardinal pour le meurtre prémédité de sa conjointe a repris jeudi après-midi au palais de justice de Joliette. Un témoin entendu la semaine dernière a été déclaré positif à la COVID-19. Le procès avait donc été suspendu mercredi pour que tous les procureurs puissent se faire tester.

« Tous les tests sont revenus négatifs », a annoncé la juge de la Cour supérieure Johanne St-Gelais. Le jury a donc pu entendre en après-midi le témoignage de Christian Rouleau, un technicien en scène de crime pour la Sûreté du Québec.

Celui-ci a présenté au jury des photos de la résidence familiale de Mascouche, où s’est déroulé le meurtre de Jaël Cantin le 16 janvier 2020, ainsi que des photos qu’il a prises de Benoit Cardinal dans les heures ayant suivi le drame. Trois lacérations parallèles ont notamment été observées sur le front du suspect.

« Les [trois] jointures entre l’auriculaire et le majeur sont décolorées et enflées », a expliqué M. Rouleau. Une substance s’apparentant à du « sang coagulé et séché » a également été trouvée sur la main gauche de l’homme de 34 ans, a-t-il ajouté.

Christian Rouleau a aussi expliqué qu’après le meurtre, le chat de la famille a pénétré dans la résidence familiale de Mascouche par une fenêtre. À la demande d’un enquêteur de la SQ, M. Rouleau est alors entré dans la résidence avec une collègue pour repérer le chat et le placer dans une chambre fermée. « Est-ce que vous portiez votre équipement pour protéger la scène [à ce moment-là] ? » lui a demandé l’avocat de la défense, Me Ghassan Toubal. « Non, je l’ai pas mis. On voulait aller récupérer le chat rapidement », a répondu M. Rouleau.

De victime à suspect

Jaël Cantin, 33 ans et mère de six enfants, est décédée d’un traumatisme à la tête causé par un objet contondant. Une adolescente, qui avait développé un lien de confiance avec l’ancien éducateur en centre jeunesse, a témoigné la semaine dernière devant le jury. Elle a expliqué que Benoit Cardinal lui avait fait part de trois plans pour tuer sa conjointe : faire croire à un suicide, la pousser dans un escalier ou feindre un braquage à domicile.

La nuit du drame, les premiers répondants qui s’étaient rendus sur le chemin des Anglais répondaient à un appel faisant état d’une entrée par effraction ayant fait une victime. À la mi-journée le 16 janvier 2020, le statut de Benoit Cardinal passait de victime à suspect.

Des enfants qui se trouvaient dans la résidence la nuit du drame ont raconté aux enquêteurs que le couple s’était fortement disputé le soir précédant le meurtre. « [Benoît Cardinal] avait trébuché dans les marches et [Jaël Cantin] pensait qu’il l’avait poussée », a relaté une enfant. Un autre témoin d’âge mineur a raconté qu’après la bousculade, la victime avait crié à son conjoint : « Tu aurais pu me tuer. » L’accusé a plaidé non coupable.

À voir en vidéo