Des projectiles tirés sur un centre islamique à Montréal

Le module des incidents et des crimes haineux du SPVM a ouvert une enquête.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Le module des incidents et des crimes haineux du SPVM a ouvert une enquête.

Le Service de police de la Ville de Montréal a ouvert une enquête mardi sur une attaque du Centre communautaire islamique Assahaba sur la rue Bélanger à Montréal. Cette mosquée a publié une vidéo sur sa page Facebook montrant un homme qui braque un pistolet à air comprimé et tire à plusieurs reprises.

L’attaque aurait eu lieu peu avant 19 h lundi soir, selon la date indiquée sur les images filmées par une caméra de sécurité. « Il n’y a pas eu de blessés, seulement des dégâts matériels. L’auteur du crime a été pourchassé, mais il a pu nous échapper », a écrit ce centre sur sa page. Sur cette vidéo on distingue clairement un homme portant un chandail à capuchon de couleur foncée et un masque, qui prend la fuite après avoir tiré.

C’est le module des incidents et des crimes haineux du SPVM qui a ouvert cette enquête « de leur propre initiative » a indiqué un porte-parole au Devoir, quand la vidéo a été portée à leur attention. Le geste pourrait donc être classé comme islamophobe, mais il est encore trop tôt pour connaître le motif de cette personne.

Impossible aussi de savoir pour l’instant si une plainte formelle a été déposée par le centre, qui n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue. Les activités du centre se poursuivent selon des indications données sur leurs réseaux sociaux.

Ce n’est pas la première fois que ce lieu de culte où prêche Adil Charkaoui est visé par une attaque et du vandalisme. L’une des vitres de la mosquée avait notamment été fracassée en 2014. Également coordonateur du Collectif Canadien Anti-Islamophobie (CCAI), M. Charkaoui a rappelé par communiqué en fin d’après-midi que « la sécurité des mosquées au Québec est devenue un enjeu très important » après la tuerie à la mosquée de Québec en 2017.

Des actes de vandalisme ont notamment été commis l’automne dernier contre au moins trois mosquées de la région de Montréal.

Le Collectif demande à Québec et Montréal de « déployer les moyens nécessaires » et d’envoyer « un message sans ambiguïté que les actes islamophobes n’ont pas leur place dans notre société ».

« Il s’agit d’un autre coup dévastateur au sentiment de sécurité des musulmans du Québec », a quant à lui déclaré Yusuf Faqiri, directeur des affaires québécoises pour le Conseil national des musulmans canadiens.