​Agression du policier Vig: Ali Ngarukiye espère être relâché en attendant son procès

Ali Ngarukiye est accusé d’avoir attaqué le policier Sanjay Vig le 28 janvier dernier en bordure de l’autoroute Métropolitaine, au moment où le patrouilleur interagissait avec Mamadi III Fara Camara.
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir Ali Ngarukiye est accusé d’avoir attaqué le policier Sanjay Vig le 28 janvier dernier en bordure de l’autoroute Métropolitaine, au moment où le patrouilleur interagissait avec Mamadi III Fara Camara.

Après avoir passé deux mois en cavale, Ali Ngarukiye, le « véritable suspect » de l’attaque contre le policier Sanjay Vig, espère être relâché en attendant son procès. Il devra cependant patienter jusqu’en juillet pour subir son enquête sur remise en liberté.

« L’enquête sur remise en liberté, ce n’est pas son procès, ce ne sera pas le moment de tester ou de contester la preuve de la poursuite. [Il s’agira] de voir si on offre les garanties suffisantes pour que notre client puisse être libéré », souligne l’avocate de l’accusé de 21 ans, Me Elfriede Duclervil.

Ali Ngarukiye restera en prison jusqu’aux prochaines audiences, qui sont prévues du 21 au 23 juillet. Il est accusé d’avoir attaqué le policier Sanjay Vig le 28 janvier dernier en bordure de l’autoroute Métropolitaine, au moment où le patrouilleur interagissait avec Mamadi III Fara Camara.

Durant l’altercation, Ali Ngarukiye aurait blessé le policier avec une barre de fer, l’aurait désarmé et aurait déchargé l’arme de l’agent dans sa direction. Au total, il fait face à sept chefs d’accusation : cinq sont liés à l’attaque contre l’agent du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et deux ont trait à un vol de véhicule.

« La preuve est volumineuse, il y a eu une longue enquête », reconnaît Me Duclervil. « C’est certain qu’il trouve ça difficile de rester détenu pour une longue période de temps. C’est la première fois qu’il fait face à la justice de cette façon », indique l’avocate.

Ali Ngarukiye a déjà fait face à la justice pour, notamment, les vols de deux véhicules en juillet 2020. L’homme ne s’était toutefois pas présenté à son audience prévue en février dernier. L’homme est aussi connu des autorités en Ontario, où il a un antécédent de fraude.

Présomption d’innocence

Après la brève comparution, Me Duclervil a tenu à rappeler que son client est innocent jusqu’à preuve du contraire. C’est que, dans les derniers jours, la famille du jeune homme, qui ne souhaite pas s’exprimer publiquement, a reçu de nombreux messages.

« Cette famille-là n’a rien fait. Il y a des gens qui écrivent des propos inappropriés et je tiens à rappeler que cette famille, elle est là pour soutenir un proche. Alors, je demande au public d’être respectueux à son égard », a-t-elle fait valoir.

L’attaque du policier Vig avait mené à l’accusation et à l’incarcération de Mamadi III Fara Camara, qui a passé six jours en prison en raison d’une erreur sur la personne. Il a été faussement considéré comme le principal suspect. Le chef du SPVM, Sylvain Caron, lui a ensuite présenté ses excuses.

À voir en vidéo