25 juillet 1967 - Lettres au DEVOIR: Le manoir Richelieu forteresse anglo-saxonne au coeur du Québec

Ma fille et moi, touristes belges en visite au Canada, venons de comprendre, un peu, l'humiliation que subissent tant de Canadien-Français, étrangers dans leur propre pays, citoyens de seconde zone dans leur propre province.

Dans un site admirable, sur les rives escarpées d'un fleuve magnifique, au coeur même du Québec canadien-français, se dresse une étonnante forteresse anglo-saxonne le Manoir Richelieu.

Touristes belges ne parlant que le français nous y avons été accueillis en anglais. Nous avons rempli une fiche d'enregistrement strictement libellée en anglais sous les yeux amusés d'un préposé à la réception baragouinant à peine le français. Le chasseur qui a transporté nos bagages ne comprenait pas deux mots de français et pas davantage le liftier. Constamment et partout, dans ce palace, on s'est adressé à nous en anglais. Mais fait beaucoup plus grave, nous, bêtement ignorants de la langue de Shakespeare, force nous a été de constater, moins bêtement d'ailleurs, un manque flagrant d'attention à notre égard, de la part des membres du personnel, dès le moment où ils s'apercevaient que nous ne comprenions pas l'anglais.

Nous avons déjà visité les Etats-Unis et nous avons fait aussi plusieurs séjours à Londres. Nous avons été bien accueillis!

Le Manoir Richelieu est une bien déplorable exception, une rare exception, j'ose l'espérer. Toutefois en raison de l'importance et du renom de cet établissement j'ai cru devoir vous signaler ce beau fruit pourri de Pointe au Pic.

JOSEPHINE DE BEAR