24 juillet 1967 - Les émeutes raciales se multiplient aux E.-U.

DETROIT - Une émeute raciale, ponctuée de coups de feu et d'explosions de cocktails Molotov, a éclaté hier soir dans le "ghetto" noir de Détroit. Devant l'ampleur des émeutes, le gouverneur George Romney du Michigan a dépêché sur les lieux mille cent gardes nationaux et près de 400 "state troupers". [...]

Au cours de la fin de semaine, plusieurs villes américaines ont été le théâtre d'émeutes ou d'incidents raciaux. [...]

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'émeute éclatait à Détroit, Birmingham, en Alabama, Englewood au New-Jersey et New York. Dans cette dernière ville, Porto-Ricains et Noirs ont participé aux actes de vandalisme qui ont fait suite à la mort d'un Porto-Ricain tué par un agent de police. Les vitres de l'est de Harlem ont volé en éclats et plusieurs personnes ont été blessées.

Entre-temps, les partisans du "Black Power", réunis à Newark, ont adopté trois résolutions. La première et la plus importante affirme le droit des Noirs à la révolte lorsqu'ils l'estiment nécessaire ou s'ils sont victimes de "conditions intolérables".

Les quelque mille délégués ont aussi demandé une enquête de l'ONU sur la condition des Noirs aux Etats-Unis et exigé la mise en liberté de tous les Noirs arrêtés pendant les émeutes de Newark. La résolution ajoute que ces émeutes, qui ont fait 25 morts et plus de mille blessés, ont été un "massacre du peuple noir".