Quoi surveiller aujourd’hui?

  • Quels souliers pour le budget Girard ?

    Quels souliers pour le budget Girard ?

    Il y a d’étranges traditions qui se perpétuent ainsi. À la veille du dévoilement de son budget, le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, ira se procurer une nouvelle paire de chaussures. Et ce, évidemment, sous les lentilles des appareils photo et des caméras.

    Lors de son premier budget, en 2019, M. Girard s’était procuré des souliers de course québécois à 220 $ pour « courir plus vite, rattraper les écarts de richesse avec l’Ontario ». En 2020, juste avant que la pandémie frappe, ce sont des patins qu’il avait chaussés.

    Quel achat représentera son budget post-pandémie ? Les pantoufles du travailleur bien installé à la maison ? Les souliers de course du marathonien qui devra remonter la pente après de longs kilomètres épuisants ?

  • BAPE : bientôt le dépôt du rapport sur GNL

    BAPE : bientôt le dépôt du rapport sur GNL

    Il reste fort peu de temps au ministre de l’Environnement, Benoit Charette, pour rendre public le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur le projet d’usine de liquéfaction et de terminal maritime Énergie Saguenay, de GNL Québec.

    Le document lui a été remis le 10 mars, ce qui fait que le ministre doit le dévoiler avant ce jeudi, le 25 mars, qui est toutefois le jour du budget provincial.

    Selon le BAPE, les audiences ont donné lieu à « une participation citoyenne élevée », soit quelque 900 questions écrites. Un « nombre record » de mémoires a aussi été déposé, soit près de 2600.

  • Myanmar : comparution d’Aung San Suu Kyi

    Myanmar : comparution d’Aung San Suu Kyi

    La répression des manifestants par la junte militaire au Myanmar ne semble pas fléchir, elle qui s’est dite mardi résolue à « réprimer l’anarchie ». Aung San Suu Kyi, la cheffe du gouvernement du Myanmar, a été arrêtée le 1er février lors du coup d’État.

    L’ancienne Prix Nobel, âgée de 75 ans, doit comparaître aujourd’hui devant la justice. Elle fait face à des accusations de corruption. Elle a déjà été inculpée pour violation d’une loi sur les télécommunications et « incitation aux troubles publics ». Dans le cas où elle était déclarée coupable, Aung San Suu Kyi pourrait écoper d’une importante peine de prison.

À voir en vidéo