Quoi surveiller aujourd’hui?

  • En souvenir des victimes de la COVID-19

    En souvenir des victimes de la COVID-19

    C’est aujourd’hui que le Québec et le Canada souligneront officiellement le triste décès de milliers de personnes en raison de la pandémie depuis un an. Ce 11 mars porte officiellement le nom de « Journée de commémoration nationale en mémoire des victimes de la COVID-19 ».

    La journée sert également à souligner l’apport majeur de tous ceux qui depuis des mois sont au front pour lutter contre le virus. À Québec, une cérémonie aura lieu entre 12 h et 13 h, après quoi la population sera invitée à observer une minute de silence.

    À Ottawa, Justin Trudeau fera un discours aux Communes ce matin. La COVID-19 a fait plus de 22 000 morts au pays, dont près de 10 500 au Québec.

  • Fukushima, 10 ans plus tard

    Fukushima, 10 ans plus tard

    Le 11 mars 2011, un puissant séisme sous-marin d’une magnitude de 9 déclenche un tsunami qui happe durement le Japon, et sème la catastrophe dans la petite ville de Fukushima. Là-bas, la centrale nucléaire est compromise, ce qui cause le rejet d’importantes émissions radioactives dans l’air, les eaux et les sols de la région.

    Selon des chercheurs de l’ONU, les émissions radioactives qui ont suivi le drame n’ont pas produit d’effets négatifs sur la santé des Japonais.

    Une cérémonie sera tenue par le gouvernement au Théâtre national de Tokyo, pendant laquelle l’empereur Naruhito prendra la parole. Un moment de silence sera observé à 2 h 46, moment du drame.

    [Mise à jour: le Japon se fige pour les 10 ans de la triple catastrophe de 2011]

  • Aide médicale à mourir : le projet avancera

    Aide médicale à mourir : le projet avancera

    L’entente entre le Parti libéral et le Bloc québécois sur le projet de loi C-7 sur l’aide médicale à mourir permettra au long processus de se poursuivre, et ce, malgré le mécontentement des conservateurs. Libéraux et bloquistes voteront aujourd’hui une motion de clôture qui mettra fin au débat.

    Le projet de loi C-7 retournera ensuite au Sénat. Celui-ci pourra approuver le texte, si aucun amendement n’est encore demandé. Le tout doit être bouclé avant le 26 mars, date butoir ordonnée par la Cour supérieure. Le tribunal a accordé un quatrième et dernier délai au Parti libéral pour faire adopter le texte.

À voir en vidéo