Quoi retenir de la fin de semaine?

  • La COVID-19, encore et toujours

    La COVID-19, encore et toujours

    Les semaines se suivent et se ressemblent au Québec, où la situation de la COVID-19 semble rester stable. Samedi, Québec a recensé 749 nouveaux cas de COVID-19 tandis que, dimanche, on comptait 707 cas supplémentaires. Sur Twitter, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a rappelé qu’à compter de demain, les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre-du-Québec passeront au palier orange, soulignant au passage que «ce n’est pas le temps d’aller dans une autre zone quand ce n’est pas essentiel».

    Les restrictions visant à limiter la propagation du virus s’assouplissent certes, mais 36 personnes ont reçu un constat d’infraction de 1550 $ samedi soir après s’être rassemblées illégalement dans un chalet de Stoneham-et-Tewkesbury, dans la région de Québec.

    Dans un autre ordre d’idées, le géant pharmaceutique Merck et le laboratoire américain Ridgeback Biotherapeutics ont annoncé samedi des essais prometteurs pour un médicament contre la COVID-19. Administré par voie orale, le médicament à l’étude a réduit de façon significative la charge virale chez les patients au bout de cinq jours de traitement.

  • Une marche pour la reprise du sport

    Une marche pour la reprise du sport

    Sous un soleil radieux, une importante foule a afflué dans les rues de Québec dimanche après-midi afin de demander la reprise des sports organisés partout dans la province, mis sur pause le 1er octobre dernier par le premier ministre François Legault. Une grande partie de cette foule était composée de jeunes, la majorité portant le chandail de leur équipe sportive, eux qui sont parmi les plus touchés par cette interdiction.

    C’est un jeune élève de cinquième secondaire de la région de Québec, Isaac Pépin, qui était à l’origine de l’événement. Lui-même footballeur, il avait fait parvenir une lettre au premier ministre à ce sujet et a eu droit à une rencontre avec la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest. «Je m’attends à ce que [le gouvernement] nous donne des réponses concrètes pour que l’on puisse recommencer les sports de la manière la plus sécuritaire possible», a-t-il affirmé. Le premier ministre avait d'ailleurs souligné en conférence de presse mercredi dernier qu’un plan de déconfinement «progressif» pour le sport serait présenté cette semaine.

  • « Justice » pour George Floyd

    « Justice » pour George Floyd

    Des milliers d’Américains ont manifesté dimanche à Minneapolis, dans le nord du pays, pour réclamer «justice» pour George Floyd, cet Afro-Américain décédé lors d’une intervention policière, à la veille du procès de policier Derek Chauvin, accusé de meurtre au deuxième degré et d’homicide involontaire coupable. Dans la foule, plusieurs manifestants ont dit craindre que l’agent ne soit pas reconnu coupable, même si les images filmées par une passante ont fait le tour du monde et suscité de nombreuses réactions.

    La veille, des dizaines de manifestants — la plupart ayant perdu un proche lors d’un affrontement avec les forces de l’ordre — s’étaient d’ailleurs rassemblées au Minnesota pour exiger d’accroître la responsabilisation des policiers.

    Toujours chez nos voisins du Sud, le Sénat américain a finalement voté en faveur du plan de 1900 milliards de dollars de Joe Biden samedi pour relancer l’économie. Le projet de loi, qui comprend des chèques de 1400 dollars pour des millions d’Américains et des milliards pour lutter contre la pandémie qui continue à faire rage aux États-Unis, sera analysé par la chambre basse mardi, juste avant le vote final.

  • La répression meurtrière au Myanmar

    La répression meurtrière au Myanmar

    Au Myanmar, des milliers de manifestants étaient encore dans la rue cette fin de semaine pour protester contre le coup d’État de la junte, malgré les menaces, les morts et les blessés. Dans la nuit de samedi à dimanche, les forces de l’ordre ont d’ailleurs conduit un raid nocturne visant des membres du parti d’Aung San Suu Kyi: le nombre d’arrestations est incertain, mais un homme a été battu à mort.

    Depuis le 1er février, ce sont plus de 50 personnes qui auraient été tuées par les forces de l’ordre, qui continuent d’ailleurs de tirer sur les manifestants avec des balles réelles. Lors d’une réunion vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU était pourtant divisé quant à la manière de répondre aux «appels désespérés» des Myanmarais. Les négociations doivent se poursuivre la semaine prochaine.